Bruxelles

Pour la direction, cet accord va permettre de prévenir la répétition de telles actions "qui nuisent au bon fonctionnement de l'entreprise et pénalisent les clients de la STIB". Les conducteurs de très nombreux trams et de certains bus avaient débrayé le 5 décembre pour manifester leur inquiétude à la suite d'un incident au cours duquel une vitre d'un tram de la ligne 55 avait été brisée deux jours plus tôt.

L'accord signé par la direction et les organisations syndicales repose sur différents constats et actions : la reconnaissance de la gravité et de la pénibilité des faits d'agression dont sont victimes les conducteurs de la STIB; la reconnaissance du non-respect de la procédure de concertation préalable au déclenchement des actions, prévue par une CCT; et la nécessité d'améliorer les modalités de la concertation d'urgence et de clarifier les conditions de spontanéité d'une grève pour qu'elle soit reconnue comme conforme à la CCT.

"Dans un souci de bonne volonté", la direction a accepté à titre exceptionnel de reconnaître le statut de grève pour les actions du 5 décembre, malgré la violation de la CCT. Mais elle sanctionnera sur le plan disciplinaire les personnes dont la responsabilité dans le non-respect des procédures est établie à titre individuel.

Une campagne de sensibilisation sera menée auprès du personnel sur l'importance de respecter cette procédure de prévention des grèves sauvages.