Bruxelles

La Région bruxelloise investira au cours des cinq prochaines années quelque 25 millions d'euros pour améliorer la vitesse commerciale des trams et bus dans la capitale. Objectif: traiter quelque 250 points noirs du réseau de transports en commun. La décision a été prise jeudi lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement régional.

Selon le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SP.A), à terme, 90 pc du réseau de trams seront en site propre et 40 pc du réseau bus seront protégés. Le tout fait partie du programme régional d'amélioration de la vitesse commerciale (Vicom) des transports publics.

M. Smet a indiqué que le premier programme du genre (2000-2005) affiche un bilan en demi-teinte. Bien que 63 pc du réseau trams et 9 pc du réseau bus soient protégés, les pertes de vitesse commerciale coûtent annuellement au moins 17,5 millions d'euros au contribuable, sans compter la perte de temps dans les files.

Les efforts qui ont été déployés jusqu'ici ont seulement permis de maintenir la vitesse commerciale des transports en commun à 17 km/h, malgré la hausse du trafic automobile. Or lorsque les lignes 23 et 90 ont gagné 3 minutes sur le passage du goulet Legrand, à hauteur du franchissement de l'avenue Louise, une hausse de clientèle de 10 pc a été enregistrée par la Stib. Autre exemple: le passage à contresens des bus au centre de Bruxelles a permis un gain de 3 minutes par bus, soit 3000 minutes par jour pour les 1000 passages de bus sur cet axe.

Les objectifs du nouveau plan sont d'atteindre une vitesse commerciale de 20 km/h pour les lignes prioritaires et de 18 km/h pour les autres lignes. Les travaux à réaliser sont de divers types: feux à télécommande, réaménagements de portions de voiries, modifications de carrefours... Ainsi, sur l'axe trams de la Grande Ceinture (lignes 23, 24, 25), en site protégé sur une grande partie de son parcours, il reste des défis importants à relever: priorité absolue à assurer aux feux; solution à trouver au franchissement de Meiser; réaménagement du rond-point de l'Etoile pour protéger la traversée des voies; création d'un site propre sur le boulevard de la Cambre; réaménagement de la chaussée de Waterloo entre Legrand et Churchill.

Le plan adopté jeudi a passé au crible chaque ligne et identifié 250 points noirs à traiter. Chacun fera l'objet d'une étude détaillée par l'administration et par la Stib. Un renfort de personnel a été prévu à cette fin.

Il a par ailleurs indiqué que tous les véhicules seront équipés de télécommandes de feux. A ses yeux, les trams en site propre ne doivent s'arrêter qu'aux haltes et non plus aux feux, tout comme à Strasbourg.

Les aménagements débuteront sur les axes jugés prioritaires: Grande Ceinture (tram 23, 24, 25), Louise-Souverain (tram 93 et 94), axe Nord-Sud (tram 3 et 51), ainsi que les lignes de bus 38, 49, 54, 63, 64, 71, 88, 95. Le reste suivra le développement du plan tram et bus.

© La Libre Belgique 2006