Bruxelles

"Uber aidera et soutiendra son conducteur de toutes les manières possibles, vu que la décision n'est pas définitive", a indiqué lundi le service de voiture avec chauffeur, en réaction au jugement rendu lundi par le tribunal de police de Bruxelles, qui a reconnu un chauffeur Uber coupable d'infraction à la réglementation relative au transport rémunéré de personnes. Ce que comporte concrètement cette aide et ce soutien n'a pas été précisé. 

Le porte-parole d'Uber, Martijn Dehaene, indique qu'il s'agit de "cuisine interne". Uber estime que de tels jugements sont basés sur "des règles pré-smartphone" et indique avoir confiance dans le nouveau plan taxi du gouvernement bruxellois. "Le gouvernement bruxellois travaille sur un plan de mobilité progressiste qui amènera un cadre légal qui favorisera des options de mobilité sûres et abordables", conclut la société.

Un chauffeur Uber condamné à Bruxelles: son véhicule a été confisqué

C'est une première! Ce matin, un conducteur roulant pour le compte de la société américaine Uber a été condamné par le tribunal de police de Bruxelles.
Dans une décision très motivée, celui-ci a estimé que l'activité d'Uber s'apparente bel et bien à un service de taxi illégal. Le conducteur a bénéficié d'une suspension du prononcé mais la peine minimale a malgré tout dû être appliquée: son véhicule est donc confisqué!

Selon l'avocat du chauffeur, maître Jacques Verhaegen, le service proposé par Uber n'était pas un service de taxi car il s'adresse uniquement à une communauté de membres qui souscrit à un contrat avec Uber. Le tribunal n'a pas soutenu cette vision des choses…

"Nous allons maintenant examiner si nous interjetons appel. Mais nous allons d'abord étudier les motivations qui sont très riches", a déclaré maître Verhagen à l'issue de l'audience.

Toujours selon l'avocat du conducteur Uber, il y aurait encore 60 dossiers similaires en attente d'un jugement. "Maintenant qu'il y a eu ce jugement, la situation sera beaucoup plus compliquée!"

Présent à l'audience, les représentants du secteur taxi se sont montrés satisfaits: "La juge a rappelé à Uber que la loi s'applique à tout le monde, y compris à eux. Elle a prononcé la peine minimale pour le chauffeur mais cela reste dissuasif. Mais nous allons rester vigilants car Uber a déjà montré qu'ils s'en fichaient des lois", a commenté Sam Bouchal, membre du conseil consultatif des taxis.