Bruxelles

Il semblerait que ce soit le résultat d’un geste purement gratuit et malveillant : il y a peu, l’un des abris pour cavaliers du bois de la Cambre a été complètement incendié. Avec ses six troncs et son toit de chaume de 8 m de diamètre, l’abri hexagonal a dû faire un impressionnant feu dans la nuit du 2 au 3 mai. Situé plaine des Artilleurs, au sud du lac, il avait été conçu en 1872 par le créateur même du bois de la Cambre, l’architecte paysagiste Eduard Keiling. Aujourd’hui, il ne reste plus de ce témoin du XIXe siècle que 4 pauvres pieux calcinés.

La ville de Bruxelles a immédiatement porté plainte une fois qu’elle a constaté cet acte de vandalisme. "C’est un acte bête et méchant que nous condamnons fermement. Il n’a d’autre intérêt que la bêtise", commente Ahmed El Ktibi (PS), échevin des Espaces verts de la Ville de Bruxelles.

Il ne reste donc plus que deux abris pour cavaliers dans le plus grand parc de Bruxelles : l’abri champignon, conçu en 1882 et situé en bordure de la pelouse des Anglais, ainsi que l’abri octogonal de 1878 à l’angle des chemins des Papillons et de l’Aube. Ce dernier est le plus grand abri avec ses 14 m de diamètre.

Les trois édifices font partie des éléments forts du style paysager du bois à ses origines. L’abri hexagonal avait à ce titre une importante valeur patrimoniale. Les trois abris avaient fait l’objet soit d’une rénovation, soit d’une reconstruction à l’identique entre 2006 et 2008. Ce travail faisait partie d’un grand chantier de restauration du bois de la Cambre financé par Beliris (enveloppe fédérale pour Bruxelles) à hauteur de 14 millions d’euros. L’organisme n’était pas en mesure hier de nous fournir le montant investi dans l’abri détruit mais il s’agit sans aucun doute de plusieurs milliers d’euros.

"On attend un résultat positif du côté de l’enquête. Il faudra quoi qu’il en soit trouver un moyen de reconstruire l’édifice et pour cela dégager un budget que ce soit du côté de Beliris ou ailleurs. La situation ne peut rester en l’état", conclut l’échevin des Espaces verts.