Bruxelles

Le gouvernement bruxellois a demandé jeudi à chacun de ses ministres de fournir rapidement un inventaire complet des mesures prises et à prendre pour chacun des services et organismes publics dont il a la charge en vue de se préparer au Brexit. 

La perspective d'un no-deal rend cette préparation plus importante que jamais, a jugé la secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Cécile Jodogne, qui a proposé cette démarche.

La plateforme de coordination bruxelloise pour le Brexit créée en 2017 assurera le suivi de cet inventaire et de ces mesures.

Pour la secrétaire d'Etat, qu'il y ait ou non un accord, il est également fondamental de sensibiliser les entreprises bruxelloises aux conséquences potentielles du Brexit sur leurs activités.

"Renforcer l'attractivité de Bruxelles"

Un événement sera organisé à cet effet à leur intention le 22 novembre prochain, par BECI et hub.brussels, non seulement en vue de les informer sur l'état des négociations, mais aussi de leur expliquer comment se préparer au mieux, au niveau douanier et contractuel entre autres.

"Ce travail de préparation à Bruxelles est complémentaire aux actions que j'ai menées récemment à Londres en vue d'y renforcer l'attractivité de la Région bruxelloise en tant que terre d'accueil pour les entreprises désireuses de relocaliser une partie de leur activité au sein de l'Union Européenne, dans des secteurs réglementés tels que la finance, les sciences de la vie et l'audiovisuel notamment", a commenté Cécile Jodogne, à l'issue de la réunion du gouvernement bruxellois.

A l'initiative de la secrétaire d'Etat, une campagne de promotion au Royaume-Uni, visant ces secteurs, sera lancée par la Région bruxelloise dans les prochaines semaines.