Bruxelles

La conseillère communale et présidente du CPAS etterbeekois Françoise Bertieaux (MR) s’est mise d’accord avec une société immobilière au sujet de la cession d’un immeuble d'un certain cachet situé avenue de Tervueren, à côté de la station de métro de Mérode, et dont elle est propriétaire. Le projet prévoit la destruction de cette maison de maître datant de la fin du XIXe siècle, et la construction à la place d’un immeuble ultramoderne de 13 appartements et de 14 places de parking en sous-sol.

Reste que l’éventuelle démolition du bâtiment fait polémique, faisant bondir aussi bien les riverains, l’opposition politique locale, que différents Bruxellois épris d’architecture. L’Arau (Atelier de recherche et d’action urbaines), pour qui la richesse patrimoniale de l’immeuble est indéniable, réfléchit ainsi aux moyens lui permettant de s’opposer au projet.

"Si cet immeuble Art déco est réellement détruit, il y aurait le dangereux problème du précédent. La centaine de maisons anciennes qui se trouvent sur l’avenue seraient mises à leur tour sous pression", insiste Isabelle Pauthier, la directrice de l’Arau.

Si l’immeuble n’est pas classé, son inscription à l’inventaire du patrimoine de la Région bruxelloise atteste d’une indéniable valeur patrimoniale, expliquent les nombreux opposants au projet immobilier. "C’est un des derniers immeubles Art déco sur cette portion de l’avenue. La démolition de ce patrimoine nous préoccupe. On compte se réunir cette semaine pour faire le point sur le sujet et introduire un avis de manière collective", explique le baron van der Straten Waillet qui préside la copropriété voisine.

Certains riverains se posent également des questions sur la période choisie pour la tenue de l’enquête publique. Ayant pour objet une demande de certificat d’urbanisme, cette procédure qui permet aux Bruxellois de donner leur avis sur le dossier a ainsi débuté le 28 décembre et s’achèvera le 11 janvier. "C’est en plein milieu des vacances de Noël ! Si on n’était pas vigilant, on n’aurait pu rien remarquer", souligne Francis Pommé, un opposant au projet. La réunion de la commission de concertation a été fixée, elle, au 19 janvier.

Pour le député bruxellois et conseiller communal d’opposition André du Bus (CDH), la destruction de l’immeuble serait dommageable d’un point de vue architectural et patrimonial. L’élu humaniste interpellera prochainement le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS), sur le sujet. Et ce afin de l’interroger entre autres sur la possibilité d’une procédure de classement par la Région bruxelloise.