Un marché bio à l’université

J.-B. M Publié le - Mis à jour le

Bruxelles

Le bio, c’est cher. Le bio, ce n’est pas pour les étudiants. Faux ! C’est en tout cas ce que tentent de démontrer les étudiants du tout nouveau cercle de l’ULB : Campus en transition.

Nouveau venu dans le paysage de l’Université libre de Bruxelles, il s’est démarqué ce mardi avec une initiative heureuse, au vu de son succès.

"De 14h à 16h, c’était noir de monde ! Ce qui frappe, c’est l’intérêt et la motivation des étudiants", jubile Catherine Closson. Cette conseillère en alimentation est l’une des parties prenantes du projet.

C’est bien le but de ce marché : rassembler étudiants, personnel et voisins de l’ULB autour d’une alimentation saine. Le lancement de ce petit marché bio est le premier événement de cette campagne.

Campus en transition souhaite aller plus loin. "Nous voulons être une plateforme dédiée à l’environnement. Sensibiliser les étudiants, montrer que le bio n’est pas cher. Pour cela, nous sommes soutenus par la cellule environnement de l’ULB", explique Nicolas De Martin, l’un des instigateurs du projet.

A l’occasion de sa première, le marché bio s’est adjugé la participation d’une fanfare et de diverses animations. Le tout sous un soleil de bon augure. Et accompagné de bières bio dont le succès était, campus oblige, au rendez-vous.

Quant aux marchandises proposées, "elles viennent d’une petite coopérative de producteurs bio. Des produits locaux et de saison à des prix adaptés", nous rapporte Marino du Bus. Elle-même animera un atelier cuisine à destination des jeunes, "Qu’est-ce qu’on mange au kot ?" C’était donc l’occasion pour de nombreux étudiants de faire leurs emplettes à la sortie des cours.

"C’est sympathique. Juste un marché bio, cela n’aurait pas été pareil. Là c’est festif, la musique, des petits groupes et la bière", s’amuse un étudiant.

Cinq autres animations auront lieu durant l’année, dont l’atelier cuisine. Quant au marché, il devrait se tenir chaque mardi de 16h à 18h sur le campus du Solbosch. Histoire, peut-être, de prendre de nouvelles habitudes alimentaires en kot.

Publicité clickBoxBanner