Bruxelles Inaugurée mercredi sur le site Horta du CHU Brugmann, la polyclinique Madeleine Lejour comprend un centre d’aide aux fumeurs.

Après quatre années de travaux, la nouvelle polyclinique Madeleine Lejour, du nom de la seule femme à avoir dirigé le département chirurgie du CHU Brugmann, a finalement été inaugurée ce mercredi sur le site Victor Horta à Laeken, en présence des autorités communales et régionales.

Parmi les 29 disciplines présentes au sein de la polyclinique, on retrouve notamment un centre d’aide aux fumeurs. Celui-ci a pour objectif d’aider les patients à arrêter la cigarette. Une démarche qui prend du temps et qui, pour certains patients, semble difficilement réalisable sans assistance. "Ce qui est intéressant avec ce centre d’aide aux fumeurs, c’est que toutes les disciplines en lien avec le tabagisme sont regroupées en un seul endroit. On y retrouve différents métiers au niveau médical comme des pneumologues et des psychiatres mais aussi au niveau paramédical avec des diététiciens et des psychologues", détaille le directeur général du CHU Brugmann, Francis de Drée.

Des groupes de parole

Outre les consultations classiques, le centre propose également de participer à des activités de groupe comme la semaine "motivationnelle". Durant cinq jours, une équipe pluridisciplinaire spécialisée se concentre sur l’aide au sevrage tabagique. Au programme : sport, hypnose, relaxation, sophrologie, informations diététiques et, bien entendu, groupes de parole. Un accompagnement de la femme enceinte fumeuse et de son compagnon est aussi possible.

"On retrouve entre dix et vingt personnes à ces séances de groupe. Après le sevrage tabagique, soit une consultation individuelle soit des groupes mensuels de suivi sont organisés pendant un an", précise Francis de Drée.

Toujours dans cette même optique de pluridisciplinarité, le centre hospitalier accueille aussi une clinique du bien naître. Un jeu de mot relatif, vous l’aurez compris, à la maternité. "C’était important pour nous d’y consacrer un espace car nous procédons à environ 3 400 naissances par an. Cette clinique permettra d’assurer le suivi des grossesses mais aussi de donner une alternative aux mamans qui souhaitent accoucher de manière plus naturelle et moins médicalisée. Il y aura notamment des séances de préparation à un accouchement physiologique", ajoute le directeur général. En outre, une clinique du périnée permettra de traiter les pathologies pelviennes dans leur globalité.

Si les cliniques du bien naître et du périnée seront déjà ouvertes dès ce lundi, le centre d’aide aux fumeurs ne devrait être opérationnel que dans les semaines à venir, les procédures de recrutement de personnel étant encore en cours.