Bruxelles

Déboucher le Ring de Bruxelles en achevant le pourtour de la capitale dans sa partie sud via un tunnel d'une dizaine de kilomètres, voire plus : l'Association belge de la route et la Road Federation Belgium continuent à peaufiner l'examen de cette piste de travail présentée une première fois en 2005.

Elles en ont présenté une nouvelle mouture aux opérateurs publics et privés réunis à l'occasion d'une réunion d'étude des moyens de désengorger cette infrastructure routière.

Hormis le bourgmestre de Wezembeek-Oppem, Jacques Van Hoobrouck (MR), aucun représentant politique n'était présent. Plusieurs représentants des administrations régionales des travaux publics y avaient par contre pris part.

Selon l'Administration des équipements et des déplacements (AED) de la Région bruxelloise, on dénombrait au début de la décennie pas moins de 1,5 million de déplacements mécanisés entre 6 h et 10 h, chaque matin dans la zone métropolitaine de Bruxelles. Quelque 400 000 d'entre eux sont effectués en transport en commun. Plusieurs tronçons du Ring et des autoroutes qui convergent vers la capitale sont quotidiennement saturés à 80 pc. Résultat, à partir de ce seuil, le moindre incident produit des bouchons en cascade dans et en dehors de Bruxelles.

L'Association belge de la route qui regroupe des acteurs publics et privés de la construction et de l'exploitation des infrastructures routières en Belgique et la Road Federation Belgium qui défend les mêmes buts pour le compte d'opérateurs privés ont relancé la piste d'un raccordement essentiellement en sous-sol des ailes ouest et est du Ring dans la partie sud de la capitale. Pour en limiter le coût à 1 milliard d'euros, il s'agirait d'un tunnel à double étage, duquel les poids lourds seraient exclus. Cette nouvelle liaison autoroutière serait longue de 10 à 14 km, selon les variantes, mais à double étage pour en limiter le coût.

Aux yeux de l'ABR et de la RFBelgium, ce bouclage aurait le mérite de réduire la pression sur le Ring est depuis l'autoroute E 411 en provenance de Namur et des Ardennes. Ce bouclage sud du Ring se ferait entre Drogenbos (côté ouest) et les environs du carrefour Léonard (côté est) via le sous-sol d'Uccle, de Watermael-Boitsfort et la Forêt de Soignes. Côté est, le raccordement se ferait soit à hauteur de la Drève de Bonne odeur, soit sur l'E 411, près du carrefour Léonard, soit beaucoup plus loin, au-delà du carrefour des Quatre Bras. Cette dernière solution est la moins lourde sur le plan écologique, mais elle est la plus coûteuse car elle implique un allongement du tunnel de 3500 m. Dans le tunnel, une bande pourrait être réservée aux transports en commun (bus).

En de multiples endroits, cette infrastructure souterraine pourrait être équipée de constructions intermodales à plusieurs étages permettant par exemple de rejoindre une ligne de train, ou d'emprunter la ligne d'autobus qui parcourrait le tunnel.

Selon le secrétaire général de la RFB, Yves Decoene, la Région flamande qui a programmé une série de travaux d'accroissement de la capacité du Ring pour désengorger la zone de l'aéroport se montre jusqu'à présent plus réceptive à la proposition que la Région bruxelloise. (Belga)