Bruxelles La 4e édition du salon du Club de l’Histoire Patrick Weber y fut une réussite sur tous les plans.

Malgré la concurrence d’autres festivités et de la marche pour la sauvegarde du climat –qui a entraîné une fermeture temporaire de la rue de la Loi–, le 4e salon Écrire l’Histoire de Bruxelles a connu un joli succès d’estime. Comme l’an dernier, plusieurs milliers de visiteurs se sont immergés dans le cadre non moins historique du Gaulois. Pour la circonstance, certains salons avaient été aménagés tantôt en salles de conférence, tantôt en méga-librairie, dont la particularité était que nombre des ouvrages proposés pouvaient être directement dédicacés et agrémentés d’une conversation avec leur auteur.

Stéphane Bern, au four et au moulin

Ici, la palme est incontestablement revenue à notre confrère Stéphane Bern, qui n’a cessé d’accueillir des lecteurs, tout en trouvant le temps de nous confier sa joie d’avoir pu cette fois encore rejoindre Patrick Weber et le Club de l’Histoire. Ce n’est pas par hasard si ces derniers ont tenu à mettre en valeur son rôle de passeur du passé. Mais l’avenir est aussi à la jeunesse. Et, donc, les organisateurs y ont proclamé les résultats du concours d’écriture historique qui leur est réservé. Ses prix ont été remis par la princesse Esmeralda, par l’éditorialiste en chef de La Libre, Francis van de Woestyne, et par Patrick Weber.

Le podium y fut occupé dans l’ordre par Julia Eskander, Coline Zitzmann et Élise Sardo. Enfin, en présence de la princesse Léa, a eu lieu la remise du prix Prince Alexandre, qui, pour sa 4e édition, récompensait un roman policier. Comme pour le concours des jeunes, La Libre était présente dans le jury avec Jacques Franck, qui dirigea notre rédaction et qui reste très actif dans le suivi de la vie de la littérature et sa promotion au Gaulois. Le jury y a distingué Sarah Berti pour son livre Avant les tournesols, édité chez Luce Wilquin. Pour la petite histoire, elle partage la vie du maïeur de Rebecq, Dimitri Legasse, par ailleurs président de la Fédération PS du Brabant wallon. Du côté des invités, on saluera le succès des rencontres organisées autour d’Herman De Croo et de Mark Eyskens. Des “anciens” de la politique dont les écrits sages interpellent visiblement toujours.