Bruxelles Une chaîne humaine prévue contre le gala de l’Otan.

La réquisition du musée d’Art et d’Histoire du Cinquantenaire pour le gala du sommet de l’Otan ne plaît pas à tout le monde. Le 22 juin dernier, des pacifistes du collectif Agir pour la Paix ont déjà manifesté leur colère en déposant des grues en origami - symbole de paix selon la légende des mille grues - aux quatre coins du musée et en y étalant un immense calicot dans la salle centrale sur lequel on peut lire : "Make Art Not War #stopnato" tandis qu’une immense bannière "War is here" a été étendue à l’extérieur du musée.

Les pacifistes appellent à une "veillée sous forme de chaîne humaine autour du parc du Cinquantenaire pour dénoncer ce gala immoral". Au courant du projet du collectif Agir pour la Paix, la police de Bruxelles négocie actuellement le cadre de la manifestation. Notez enfin que, ce 11 juillet, l’esplanade du Cinquantenaire et ses alentours seront totalement interdits au public. Le musée de l’Armée et l’Autoworld seront, eux aussi, logiquement fermés.

Une autre manifestation est déjà prévue dans le centre de Bruxelles. Le 7 juillet, plus de 8 000 personnes déambuleront pacifiquement dans le centre de Bruxelles entre 15 h et 18 h sous le slogan "Trump Not Welcome : make peace great again !" Durant le sommet, plusieurs actions statiques sont bookés, cette fois-ci devant le siège de l’Otan. "Une zone de libre expression sera aménagée devant le siège de l’Otan. Plusieurs petites manifestations sont déjà annoncées", poursuit Olivier Slosse, porte-parole de la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles.

Les 10 et 11 juillet, deux autres événements risquent potentiellement de faire bouger les foules : les demi-finales de la Coupe du monde… En cas de victoire de la Belgique, la soirée du 11 juillet risque d’être particulièrement agitée pour nos services policiers. "Tout dépendra de la performance de nos Diables Rouges mais s’ils sont en demi-finale, il s’agira très certainement de la journée la plus dense de l’année pour nos services policiers", commente le porte-parole. "Ce scénario est planifié. Les engagements de renforts policiers sont planifiés car il est plus facile de décommander si nécessaire."