Bruxelles Une première étude sur la période contemporaine ravira les passionnés d’histoire et de politique.

Ces derniers jours, le domaine de Val Duchesse est revenu à la "une" de l’actualité à l’occasion de la confection, loin d’être évidente, comme souvent, du budget fédéral. On peut gager que le lieu emblématique s’il en est dans le paysage politique et historique belge reviendra encore plusieurs fois à l’avant-plan avant les arbitrages finaux… Tout comme il émergea tant de fois lors d’autres grands "pow-wow" politiques belges mais aussi européens car il fut aussi un des lieux majeurs de la naissance de la Communauté muée depuis lors en Union européenne. C’est entre ses murs qu’en 1956 les ministres des Affaires étrangères des six premiers pays membres de la Ceca (Communauté européenne pour le charbon et pour l’acier) mirent sur les rails les travaux de la Conférence intergouvernementale pour le Marché commun et l’Euratom sous la présidence de Paul-Henri Spaak.

Depuis lors, ce domaine, qui n’est pas pour rien une des plus belles ouvertures sur la Belgique à proximité de la forêt de Soignes, a reçu bien d’autres hautes personnalités, toutes conquises par l’endroit dont le nom remonte à la Duchesse Aleyde de Brabant qui y installa dans le Val de la rivière Woluwe une communauté de femmes qui avaient dédié leur vie à Dieu.

Un ancien monastère dominicain

Ce site exceptionnel à plus d’un égard puisa de fait ses racines dans un monastère de Dominicaines que la Révolution française supprima cependant comme bien d’autres lieux de haute spiritualité. C’est dans la foulée que l’actuel château vit progressivement le jour avec une série de propriétaires qui s’illustrèrent sur le plan local ou régional.

Si l’aventure religieuse des lieux fit l’objet de travaux, l’histoire contemporaine méritait d’être contée. C’est chose faite grâce à la détermination de Christian Clauss qui s’est immergé dans ce passé depuis plus de trois décennies. Il faut dire que ce passionné d’histoire a pu d’une certaine manière s’abreuver à la source puisque sa mère Lea Van Bever en fut l’intendante de 1983 à 2001.

Mais l’auteur se plongea aussi dans les centres d’archives plus traditionnels tout en allant également piocher dans les documents d’organismes liés à l’histoire de Val Duchesse et en rencontrant des proches de ceux qui en furent les propriétaires successifs.

Parmi ceux-là, Christian Clauss accorde une place particulière à Charles Henri Dietrich qui au cours de la première moitié du XXe siècle fit de Val Duchesse ce qu’il est aujourd’hui.

Un vrai quartier

Acquéreur en 1903 du château et d’un morceau du parc, il racheta successivement toutes les parcelles voisines pour en arriver à sa dimension actuelle, en ce compris le développement du quartier environnant

Hélas, le domaine connut un délabrement certain après sa mort en 1939 et la Seconde Guerre mondiale n’arrangea rien même si la Donation royale qui en reprit la direction s’efforça d’enrayer cette déglingue.

Reste que Val Duchesse ne retrouva toute sa splendeur qu’en devenant "the place to be" pour les grands rassemblements de décideurs. A trois niveaux en fait puisque le site a accueilli ceux de chez nous mais aussi ceux de l’Union européenne et de l’Otan, renforçant à sa manière lui aussi la vocation internationale de Bruxelles. Christian Clauss nous raconte ces différentes phases avec la passion d’un familier du site.Christian Laporte

"Histoire contemporaine de Val Duchesse", 406 pp., Homes International, environ 44,5 €