Bruxelles

Les éléments exposés ont tous été rassemblés par un entrepreneur en démolition, Max Rosendor, décédé en 1996. La collection, soit plus de 1.400 éléments architecturaux, dont des portes, des balcons, des grilles ou encore des colonnes, a été héritée par les deux enfants de l'entrepreneur.

Ceux-ci ont décidé d'organiser une exposition des pièces en collaboration avec l'asbl Arkadia, spécialisée dans le domaine du patrimoine belge et plus particulièrement bruxellois, dans le but de rendre hommage au travail réalisé par leur père Max Rosendor.

Né à Anvers, M. Rosendor s'est installé à Ixelles en 1955 comme garagiste, avant de devenir entrepreneur démolisseur au temps où la capitale était "bruxellisée". Pendant plusieurs années, l'homme a sauvé de la démolition des centaines pièces et les accumulait à sept endroits à Bruxelles dans l'espoir de pouvoir leur donner un jour une seconde vie dans un musée en plein air. "C'est un vrai jeu de piste dans la ville qui est passionnant à décoder. Cette collection rappelle la richesse du petit patrimoine qui forme la ville", estime l'asbl Arkadia, qui tente de retrouver les origines de différents éléments architecturaux.

Les différentes pièces, conservées en leur état d'origine, seront finalement mise en vente du 3 au 13 avril 'pour leur redonner vie', selon la fille du défunt collectioneur. Un prix variant entre quelque dizaines et plusieurs milliers d'euros sera attribué à chacun des éléments architecturaux.

« Les objets ne sont pas évalués à leur valeur réelle car ils seraient impayables. On ne retrouverait d'ailleurs plus d'artisans capables de travailler ainsi », a indiqué Sylvain Berkowitsch, antiquaire chargé de la vente. Les informations pour les visites individuelles ou en groupes sont disponibles sur le site www.asbl-arkadia.be et pour la vente sur www.rosendor.be.