Bruxelles

En selle ! Le secrétaire d’Etat à la Mobilité, Bruno De Lille (Groen !), a présenté hier l’état des lieux de "Villo !", le système de location de vélos bruxellois. Mais avant cela, le secrétaire d’Etat n’a pas hésité à enfourcher un bicycle, à l’occasion de l’ouverture officielle de la nouvelle station "Villo !", place Bockstael. M. De Lille était entre autres accompagné de Jef Van Damme (SP.A), échevin de la Mobilité de Molenbeek et de son homologue pour la commune de Jette, Christine Gallez (Ecolo). Durant vingt minutes, ceux-ci ont sillonné les rues de la ville en pédalant sous un ciel ensoleillé.

Pour la fin du mois de juin, 180 stations "Villo !" seront réparties dans onze communes de la Région. Berchem-Sainte-Agathe, Etterbeek, Jette, Molenbeek-Saint-Jean et Saint-Josse-ten-noode profiteront bientôt de vélos flambant neufs. "Il est important de couvrir les quartiers décentrés, qui ne sont pas toujours bien desservis en transports en commun", explique Jef Van Damme. "De cette manière, "Villo !" pourrait constituer un réel moyen de transport complémentaire", ajoute l’échevin.

Au total, 2 500 vélos seront ainsi accessibles aux riverains. Aujourd’hui, "Villo !" compte déjà 86 stations opérationnelles, exploitées par 5 000 abonnés longue durée. Ceux-ci, avec les utilisateurs occasionnels, ont récemment franchi la barre des 200 000 locations, parcourant 923 444 kilomètres. "Si nous voulons transformer Bruxelles en capitale écologique, il faut convaincre plus de gens d’utiliser le vélo. Et il semble que nous y parvenions grâce à "Villo !"", se réjouit Bruno De Lille.

Plus qu’un loisir, "Villo !" veut se définir comme un moyen de transport à part entière. Pari gagné, puisque les bicyclettes sont désormais utilisées aux heures de pointe, au même titre que les autres moyens de locomotion. Entre le 1er novembre et le 7 mars, et malgré le froid, 569 sorties ont été comptabilisées en moyenne par jour. Un concept qui charme surtout les hommes de 26 à 45 ans.

Simple, branché, rapide et écologique, "Villo !" séduit aussi pour son côté économique. "Un abonnement "Villo !" coûte 30 euros par an. Si vous vous rendez quotidiennement sur votre lieu de travail en vélo, cela vous revient à 15 centimes par jour. C’est donc le transport public le moins cher", constate Christine Gallez.

Autre avantage : son site Internet, www.villo.be, pratique et performant. En quelques clics, il est possible de consulter son compte d’utilisateur, la localisation des stations, des vélos et des bornettes disponibles, via Google Maps. Les applications indiquent également où trouver la station la plus proche d’une adresse précise et comment s’y rendre, plan à l’appui. Ces services sont aussi disponibles gratuitement sur Iphone.

Jean-Sébastien Decaux, administrateur-délégué de JCDecaux Belgique souligne également le côté sain des deux roues. La société avait malgré tout été montrée du doigt l’année dernière. Ses vélos, produits dans une usine de Tószeg en Hongrie, seraient fabriqués par des ouvriers payés deux euros de l’heure...