Bruxelles Le niveau de la menace a été, ce lundi, maintenu à 4, soit le maximum, sur le territoire de la Région bruxelloise. "Tout est fait pour retourner à une vie la plus normale possible", a assuré le Premier ministre Charles Michel. Mais en attendant, d'importantes perturbations sont encore à prévoir à Bruxelles. Transports, magasins, musées... Voici tout ce qu'il faut savoir pour cette journée de mardi.

Malgré le maintien du niveau de la menace terroriste à 4 pour la Région de Bruxelles-Capitale, annoncé lundi soir par le Conseil national de sécurité, de nombreux lieux commerciaux ou culturels ont décidé de rouvrir leurs portes mardi. D'autres préfèrent attendre encore, ou ne pas fixer de date de réouverture et annoncer la couleur au jour le jour via leur site internet. Les lieux culturels, musées, centres commerciaux et grandes enseignes de Bruxelles et de ses environs avaient été nombreux à rester fermés durant le week-end ainsi que lundi, sur recommandation des autorités (centres culturels et commerciaux) ou de leur propre initiative, dans un souci de sécurité pour le personnel et les clients.


MAGASINS ET CENTRES COMMERCIAUX: DES REOUVERTURES PROGRESSIVES

Le cabinet du ministre-président bruxellois Vervoort a recommandé, dans un souci de cohérence, de maintenir les centres commerciaux bruxellois fermés mardi. Pourtant, le bourgmestre de la ville de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) a indiqué de son côté que les centres commerciaux pourront certainement ouvrir. Réponse donc... au cas par cas.

Les grands supermarchés de la ville ont bel et bien ouvert leurs portes.

La chaîne Decathlon annonce que ses magasins d'Evere et Anderlecht sont encore fermés mardi. Ikea a en revanche décidé mardi matin de "rouvrir à la clientèle ses magasins d'Anderlecht et de Zaventem". "Nous avons mis à profit la fermeture exceptionnelle de ce lundi 23 novembre pour évaluer la situation en profondeur et pour prendre un certain nombre de mesures de sécurité supplémentaires", indique Catherine Bendayan d'Ikea Belgique dans un communiqué.

Cora annonce aussi que son centre commercial et son hypermarché d'Anderlecht/Woluwé ont rouvert à 9h00 mardi, "avec un dispositif de sécurité renforcé".

Le Westland Shopping est fermé ce mardi 24 novembre mais précise sur son site qu'il prépare "une ouverture et un accueil sécurisé au plus tard, mercredi 25 novembre". Le son de cloche est identique pour le Woluwe Shopping Center et à City2: "Malheureusement les autorités ne nous ont pas confirmé l'autorisation d'ouvrir (...) mardi. Nous mettons tout en œuvre pour assurer une ouverture mercredi", indiquent les deux centres.


PAS DE METRO NI DE PRE-METRO

Le métro ne rouvrira que mercredi.



Les trams roulent normalement, le réseau des bus reprend petit à petit

Vu l'absence de métro et pré-métro, les navetteurs devront donc trouver d'autres solutions mardi. Tous les trams roulaient normalement mardi, hormis sur dix lignes où la circulation est interrompue au niveau du pré-métro. "Trois services de navettes ont été mis en place. Ils roulent entre Pétillon et Meiser, sur l'axe Thomas-Liedts-Botanique-Rogier-Garde du Nord ainsi qu'entre la Porte de Ninove et la Gare du Midi", a précise An Van hamme.

La situation sur le réseau des bus est quant à elle en train de se stabiliser, "ce qui veut dire que nous avons rouvert les lignes prioritaires dans un premier temps, et le reste petit à petit. Entre-temps, 37 des 50 lignes de bus roulent."

Voici le dernier détail fourni par la Stib:





ECOLES FERMEES JUSQUE MERCREDI

"Les élèves constituent la priorité des priorités même si les écoles ne constituent pas une cible particulière. Mais il y a une logique de précaution à prendre étant donné le degré élevé qui pèse sur Bruxelles", a indiqué le ministre-président Rudy Demotte lundi après une nouvelle analyse de la menace.

Résultat: les écoles bruxelloises resteront fermées ce mardi et rouvriront mercredi.

"Les 160 écoles présentes sur le territoire de la Ville rouvriront leurs portes mercredi et la sécurité y sera renforcée", a expliqué l'échevine de l'Enseignement, Faouzia Hariche (PS) lors du conseil communal de lundi soir. "Nous avons pris une série de mesures pour garantir la sécurité au sein des bâtiments scolaires", a commenté Mme Hariche. L'accueil des élèves à l'école se fera sur une durée plus courte et les parents ne pourront pas entrer dans les établissements, où seuls les élèves et le personnel seront admis. Les élèves ne seront par ailleurs pas autorisés à quitter leur école sur le temps de midi. La police sera présente en matinée et en soirée à proximité des différents bâtiments scolaires.

>>> Le plan de Milquet pour sécuriser les écoles <<<


LES CRECHES ROUVRIRONT EGALEMENT MERCREDI

Les crèches rouvriront également leurs portes mercredi en Région bruxelloise, a annoncé lundi soir le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, en charge de la coordination de la sécurité et de la prévention en Région bruxelloise.


MUSEES ET LIEUX CULTURELS

Mardi, l'Atomium a ouvert ses portes, "tout comme Mini-Europe et le Salon Cocoon dans les Palais du Heysel". La décision a été prise "en concertation avec la police fédérale surveillant explicitement le bâtiment", précise l'Atomium. Lundi soir, l'échevine bruxelloise de la Culture Karine Lalieux avait déjà annoncé que les musées qui dépendent de la Ville de Bruxelles rouvriraient également mardi. Le "Musée de la Ville", sur la Grand-Place, est concerné, ainsi que le "Musée du Costume et de la Dentelle", le site "Bruxella 1238", et le Musée des égouts, notamment.

Toujours au niveau culturel, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles reste fermé mardi, "suite aux recommandation des autorités". C'est également le cas de la Bibliothèque royale de Belgique, qui précise d'emblée mardi matin qu'elle restera fermée au public jusqu'au 28 novembre. "Cette mesure exceptionnelle restera en vigueur au-delà du weekend, pour tous les départements et événements de la Bibliothèque royale de Belgique. Sous réserve de nouvelles informations, d'un niveau de menace inférieur ou d'autres recommandations du Conseil national de Sécurité, la Bibliothèque rouvrira ses portes le lundi 30 novembre à 9 heures, suivant les horaires habituels", précise l'institution.

Les grands musées fédéraux (Museum des Sciences naturelles, musées royaux d'art et d'histoire, musées royaux des Beaux-arts de Belgique) avaient déjà annoncé lundi soir une décision commune similaire: ils garderont porte close "jusqu'au 27 novembre", tout en se réservant la possibilité de "réévaluer cette situation exceptionnelle au jour le jour".


TOUJOURS PAS DE BUS DE LIJN

La direction de De Lijn a réévalué lundi soir la situation à la suite du maintien à 4 du niveau de la menace terroriste pour la Région bruxelloise. Il a été décidé que les bus scolaires desservant les écoles de Bruxelles ne circuleraient pas mardi, puisque celles-ci seront fermées. Les bus De Lijn devraient à nouveau circuler normalement vers la capitale dès mercredi.



© BAUWERAERTS

SECURITE RENFORCEE DANS LES HÔPITAUX

À Saint-Luc, au moins 70 % des consultations étaient annulées lundi. Les activités devraient reprendre ce mardi.

Il n’y avait pas foule, hier, dans les couloirs des Cliniques universitaires Saint-Luc (UCL), à Woluwe-Saint-Lambert.

En raison de la menace terroriste, l’établissement a choisi de reporter la majorité des consultations. "Nous avons estimé, en concertation avec les autorités policières et communales, qu’il fallait réduire au maximum le nombre de personnes sur place. Les patients ont été prévenus par SMS" , a confirmé l’administrateur-délégué, Renaud Mazy. "Pour toute une série de pathologies, les rendez-vous ont été maintenus. Et les patients qui sont quand même venus, ont été reçus en consultation. Au total, 10 à 30 % des activités ont été maintenues.

Si les consultations devraient normalement reprendre aujourd’hui, les mesures de sécurité restent renforcées. Pour accéder à l’entrée de la Cliniques universitaires Saint-Luc, les patients sont désormais contraints de passer à proximité d’un camion et d’une patrouille de militaires. À l’entrée du hall d’accueil, deux gardes munis de gilets rouges laissent passer au compte-gouttes les patients et visiteurs. Ils n’hésitent pas à demander d’ouvrir les sacs ou les manteaux. "Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’incident. Au contraire. Le fait de voir des gardiens, ça rassure et ça calme le personnel et les patients."

D’autres mesures ont été mises en place pour limiter les intrusions dans les locaux.

"Le personnel doit systématiquement se badger pour accéder à un service. On encourage les patients à limiter les visites dans la mesure du possible" , précise Renaud Mazy.

À l’hôpital Erasme (ULB), les consultations n’ont pas été annulées hier. Par contre, là aussi, les mesures de sécurité ont été fortement renforcées.

"Une cellule de crise a été mise en place. Pour entrer dans les bâtiments, le personnel doit se badger. Le gardiennage a été renforcé. Les entrées sont restreintes : seules la porte principale, celle des urgences et celle de l’hôpital de jour ne sont pas fermées" , explique la porte-parole d’Erasme, Sophie Coppens.