Bruxelles Claude Archer a été intercepté et mis au cachot par la police, alors qu’il interpellait le conseiller en prévention de la commune.

Depuis 2016, le président de la plateforme Transparencia, Claude Archer, se bat avec - entre autre - la commune de Woluwe-Saint-Pierre pour que les documents relatifs à l’amiante soient rendus publics.

Le 25 septembre dernier, à trois semaines des élections communales, le membre de Transparencia s’est rendu spontanément dans le bureau du conseiller en prévention de la commune, chose que l’administration communale n’a pas appréciée. "Je discutais tranquillement avec le responsable SIPP lorsque deux membres de l’administration sont venus pour me sortir du local, me disant que j’importunais le fonctionnaire qui avait soi-disant porté plainte", raconte Claude Archer. "La police est finalement arrivée, me traînant de force à l’extérieur. Je me suis retrouvé avec deux agents intimidants, dans une situation humiliante. J’ai eu la confirmation plus tard que le fonctionnaire n’a jamais porté plainte."

Déterminé, le président de Transparencia s’est rendu deux jours plus tard au commissariat où il avait été emmené, pour porter plainte contre l’abus de pouvoir exercé par les autorités communales. Il affirme que le commissaire a refusé sa plainte et qu'il a "fini au cachot pendant plusieurs heures". 

Claude Archer a ensuite été transféré à l’hôpital d’Ixelles où il a fait constater ses blessures. "Si ça va si loin, c’est qu’il y a un problème, quelque chose à cacher", affirme le membre de la plateforme.

De son côté, le bourgmestre Benoît Cerexhe (CDH) est convaincu que Claude Archer était venu dans le but de se faire arrêter. "Il a fait un sitting de 14 h à 18 h, pour qu’on n’ait plus d’autres choix que d’appeler la police pour qu’il sorte de la maison communale, qui fermait d’ailleurs ses portes."

Claude Archer s’était rendu une semaine plus tôt dans les mêmes bureaux afin d’obtenir ce qu’il demandait depuis deux ans : l’inventaire amiante. Alors qu’il pensait compléter ce qu’il avait obtenu à ce moment-là, le ton est monté dans la maison communale.