Bruxelles Plusieurs motions ont été introduites lors du conseil communal de ce mardi.

Comme dans beaucoup de communes du pays, deux motions relatives au projet de loi autorisant les visites domiciliaires ont été discutées lors du conseil communal de Woluwe-Saint-Pierre, ce mardi soir. L'une était présentée par la majorité de Benoît Cerexhe (CDH) qui a voté en faveur de leur motion, à l'exception de l'échevin CD&V Helmut Devos qui s'est abstenu. Le texte était également soutenu par les conseillers communaux du PS. Une autre motion a été introduite par le groupe Open-MR qui a voté pour son propre texte à l'unanimité mais sans le soutien des autres partis du conseil communal.

"Concernant le texte de Benoît Cerexhe que nous considérions comme comportant des erreurs et pas à jour, nous nous sommes dès lors abstenus sauf deux conseillers communaux qui ont voté contre", explique Anne-Charlotte d'Ursel, conseillère communale du groupe Open-MR. D'après elle, cette réaction fait suite à un débat tendu et à un geste de l'échevin Ecolo Pascal Lefevre qui aurait effectué un salut nazi.

Pour l'échevin en question, les propos tenus par les deux jeunes conseillers communaux étaient choquants et "c'est vrai qu'à un moment j'ai esquissé un salut nazi mais ce n'était absolument pas dirigé vers une personne du conseil communal!", soutient-il. Il indique d'ailleurs avoir présenté ses excuses directement. "Ce que je voulais surtout dire c'est que ce texte pour les visites domiciliaires viole le principe de propriété privée et je ne veux pas défendre cette proposition de loi de la N-VA. J'ai voulu souligner le fait que si on continue dans cette voie-là et qu'on n'y prend pas garde, ce sont les prémisses du retour aux années sombres", explique l'échevin.

Si le débat n'était pas simple ce mardi soir, le geste a quand même choqué."Cela est inacceptable et indigne de notre assemblée du conseil communal", soutient Anne-Charlotte d'Ursel.

Il y avait du monde mardi dans la salle du conseil communal et pour cause, d'après le bourgmestre, la question touche beaucoup les citoyens de Woluwe-Saint-Pierre qui se mobilisent souvent en faveur des réfugiés. D'après lui, les deux jeunes conseillers libéraux tenaient des propos assez choquants pour un certain nombre de personnes présentes. "Ils étaient très tranchés dans leur défense des visites alors que la position du MR est généralement plus ouverte", explique-t-il. Il reconnait cependant que tous les points de vue sont respectables et doivent être entendus, en particulier dans un conseil communal où tout le monde peut s'exprimer.


Benoît Cerexhe (CDH), Bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre : "Une réaction plus modérée"

© Alexis Haulot

"Il y avait du monde mardi soir dans la salle du conseil communal, les citoyens sont sensibles à la problématique des réfugiés, il y a beaucoup de choses qui sont faites dans la commune. Je ne comprends pas comment on peut avoir des propos si peu ouverts au sujet de cette problématique. Je m’attendais à une réaction un peu plus modérée de la part du groupe libéral mais j’avoue que de là où j’étais assis, je n’ai pas vu le geste fait par l’échevin."