Bruxelles

Les services de secours ont été alertés vers 14h05 ce mardi pour une menace d'effondrement à Woluwe-Saint-Pierre. Elle concernait un bâtiment, en travaux, de l'avenue de Tervueren situé à hauteur du numéro 300. Il se situe précisément sur le coin de l’avenue J. de Trooz et l’avenue de Tervueren.

© PH Verlooy

L'ensemble des ouvriers a été évacué. Les sociétés de gaz et d'électricité étaient présentes sur place. L'officier des pompiers qui a analysé les dégâts a demandé à l'entreprise De Meuter la destruction du lieu dans l'après-midi.

Dans le quartier, c'était la stupeur. "J'habite juste à côté de l'immeuble concerné et la police est venue toquer à mon domicile pour m'indiquer de partir en toute urgence. J'ai juste eu le temps de prendre ma veste et de quitter ma maison. Tout le quartier est bloqué", indiquait un riverain paniqué.

A 17h, la situation était toujours en stand-by. Les secours attendaient l'arrivée de l'entreprise De Meuter pour démarrer la destruction du bâtiment. Les riverains étaient inquiets alors que les badauds venaient s'informer auprès des policiers le long du cordon de police. "Je suis encore passé vers 14 heures avec ma voiture. J'ai vu l'attroupement des ouvriers, mais ils m'ont laissé passer. J'étais peut-être la dernière personne à pouvoir circuler tranquillement avant l'évacuation", racontait un habitant. Les travaux étaient en cours depuis 8 jours environ, selon un autre riverain.


A 17 h 30, l'on apprenait que l'entreprise De Meuter était en route vers le site, sous escorte policière. Des messages Be-Alert avaient été envoyés pour prévenir la population.


Finalement, l’opération n’aura réellement débuté que vers 20 h sous les yeux de nombreux badauds, situés notamment dans le parc en face du bâtiment. La partie centrale de l’immeuble a été détruite afin de sécuriser la zone.


La cause de l’incident n’est pas encore connue, mais des habitants s’étaient déjà questionnés quant à la façon de travailler sur le chantier démarré il y a huit jours. “Ils avaient accroché un box à la grue dans lequel se trouvait un engin de chantier. Ils se servait alors de ce dernier sur l’immeuble. C’était assez étonnant”, indiquait un riverain médusé face à l’ampleur du sinistre.