Bruxelles

"Le projet de piétonnier doit être maintenu car il est de l'intérêt de la Ville, du citoyen et de la revitalisation commerciale du centre de la capitale. Mais le dialogue doit se poursuivre pour définir les contours de son évolution", a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville au terme d'un débat de plus de deux heures trente au conseil communal sur le dossier du piétonnier du centre de Bruxelles.

Yvan Mayeur a également rejeté l'idée d'une consultation populaire sur le projet.






A travers ses nombreux représentants intervenus dans le débat, l'opposition DéFI, Ecolo, cdH, et Ecolo a reproché à la majorité d'avoir péché par précipitation, d'avoir mal communiqué sur le dossier, un constat que certains dans la majorité semblent accepter, et de ne pas avoir de stratégie claire pour le développement commercial du centre. Elle a aussi plaidé pour une remise à plat du projet, mais sans pour autant s'entendre sur les solutions à adopter.

La majorité socialiste et libérale a continué de soutenir l'équipe aux commandes de la Ville.


"Il faut revoir l'étendue du piétonnier", déclare le MR

"Il faut revoir l'étendue actuellement définie des zones réservées aux piétons en les diminuant, tenant compte notamment du timing des travaux à réaliser", a déclaré le groupe MR au conseil communal de la ville de Bruxelles.

En outre, dans un communiqué, les partenaires libéraux de la majorité insistaient sur le fait que "chaque Bruxelloise et Bruxellois doit se sentir en sécurité", ajoutant que "les boulevards ne doivent pas être des espaces de harcèlement ou de mendicité agressive". Et face à la désolation des travailleurs de l'HORECA, "le collège de la ville ne peut se contenter d'invoquer la fatalité".

La plupart des commerçants en colère ont cependant quitté l'hôtel de ville alors que le collège traînait sur l'ordre du jour du conseil sans évoquer le piétonnier.


"Mayeur démission!": 200 commerçants à l'hôtel de ville de Bruxelles


Avant que le conseil communal de la ville de Bruxelles ne débute, 200 commerçants se sont rassemblés dans l'hôtel de ville. Avec l'intention de s'opposer au piétonnier...

D'après notre vidéo (visible ci-dessus), les commerçant ont repris un cœur le refrain "Mayeur démission !".

"Pour la énième fois consécutive, la colère gronde à l'entrée du conseil communal de Bruxelles. La majorité ne peut plus nier l'évidence!", a tweeté la CD&V Bianca Debaets.

Le conseiller communal Ecolo Michael François a également signalé sur Twitter que "selon des informations venant de commerçants, le piétonnier dans sa version actuelle serait cliniquement mort . Avec enfin lancement d'une vraie consultation populaire".


Un membre du groupuscule d'extrême droite Nation s'est glissé parmi les commerçants, comme le signale l'échevin socialiste Mohamed Ouriaghli.


Pas assez de place

Peu après 17h15, le Conseil communal a débuté. Vu le nombre de journalistes et commerçants présents, tous n'ont pu entrer dans la salle.


© Colleyn

Selon Didier Wauters, Conseiller communal et de police à la Ville de Bruxelles, "il est convenu de faire un débat général à propos du piétonnier après les points ordinaires de l'ordre du jour".


Feu vert au projet de nouveau centre administratif

Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a donné lundi en fin de journée, son feu vert à l'attribution du marché d'aménagement d'un nouveau centre administratif sur le site de l'actuel parking 58 à AG Real Estate, proposée par le collège des bourgmestre et échevins socialiste-libéral. L'opposition cdH, Ecolo, FDF et N-VA s'est abstenue, faute d'avoir eu, selon elle, d'explications suffisantes sur le montage financier de l'opération.

La construction du futur centre, baptisé Brucity, en référence au nom du site web de la Ville de Bruxelles, devrait démarrer au début de l'an prochain, par une phase de désamiantage (avril) et de démolition et s'achever d'ici la fin 2020.

Le déménagement des 1.500 fonctionnaires concernés interviendra en 2021.

Du parking 58, le futur édifice de 37.500 m2 hors sol conservera les niveaux de parking public en sous-sol (450 places) et 109 places pour la Ville.

L'immeuble de type basse énergie sera entièrement vitré et érigé sur les axes suivants: une salle des guichets au rez-de-chaussée, six étages de bureaux assortis de salles de réunion, un étage technique, et au huitième, des salles de réunion et un restaurant (actuellement au sous-sol dans le centre administratif); une entrée située dans l'axe de la rue Grétry qui permettra aux passants de traverser le bâtiment sans devoir le contourner; un cylindre de verre dressé à l'emplacement de l'ancienne rue des Halles; et une toiture aménagée en jardin urbain, accessible au public et aux agents communaux.

La construction et la mise à disposition du futur "Brucity" seront réalisées via une opération de leasing d'une durée de 30 ans assortie d'une option d'achat.


Deux changements déjà actés

La semaine dernière, deux décisions notables avaient été prises par le collège: la réouverture de la rue de Laeken depuis la Porte d'Anvers et la remise à double sens de la rue du Midi entre la place Rouppe et la rue des Alexiens.

Au sein même de la majorité, Alain Courtois avait également reconnu deux erreurs dans la mise en place du piétonnier bruxellois : la lenteur des travaux et la communication défaillante.