Flandre

Le projet de port à Warneton, mené par le Port autonome du Centre et de l’Ouest (Paco) avec la Région wallonne et l’intercommunale IEG, cristallise bien des tensions dans l’entité de Comines-Warneton.

Ce projet , qui entre dans le cadre du canal Seine Nord-Europe et du développement du transport fluvial, est financé par des fonds européens Feder.

Le député wallon Jean-Luc Crucke (MR) a interpellé le ministre des Travaux publics Maxime Prévot (CDH) au sujet de ce projet. Et notamment sur le fait que les voisins français n’auraient pas été alertés. "Le maire de la ville française de Deûlémont, située de l’autre côté de la rive, dit ne pas avoir été entendu ni informé de ce projet", ajoute Jean-Luc Crucke.

Le ministre s’en étonne pas. Car de nombreuses réunions préalables, mais certes plus globales, ont impliqué des représentants français. "Plus récemment, en novembre dernier, le Paco et la Région wallonne ont organisé une réunion de consultation préalable à l’hôtel de ville de Comines-Warneton. Les communes avoisinantes en avaient été informées et de nombreux riverains y étaient présents et ont ainsi eu l’occasion de faire part de leurs interrogations sur le sujet."

Un zoning en projet ?

Jean-Luc Crucke s’interroge également sur d’éventuelles futures autres expropriations de terres agricoles autour de la plateforme portuaire.

"L’objectif de l’implantation de cette plateforme est de donner aux entreprises locales un outil de transbordement moderne qui facilite le transfert modal", répond Maxime Prévot. "A cette fin, l’acquisition des parcelles se limite uniquement à celles qui sont nécessaires. Des expropriations de terrains avoisinant la future plateforme ne sont pas à l’ordre du jour."

La minorité politique de Comines-Warneton songe pourtant le contraire. Elle pense que l’intercommunale IEG accolerait bien un zoning d’une vingtaine d’hectares à la plateforme portuaire.