Flandre

Le secrétaire d'Etat à la Mer du Nord Philippe De Backer (Open Vld) demande mercredi au ministre flamand des Travaux publics Ben Weyts (N-VA) de venir avec des alternatives pour l'île artificielle projetée au large de Knokke. Le gouvernement flamand souhaite utiliser cette île artificielle expérimentale pour déterminer si une telle infrastructure peut mieux protéger la station balnéaire des fortes tempêtes. Mais le bourgmestre de Knokke Leopold Lippens s'est prononcé contre ce projet. Le secrétaire d'Etat De Backer a ensuite indiqué mardi que cette île artificielle était momentanément impossible à mettre en place car elle ne remplit pas les conditions du MRP (le plan d'aménagement des espaces marins, en français AEM).

Ben Weyts a réagi mercredi, se disant surpris. Selon le ministre flamand, l'AEM fait encore l'objet d'une enquête publique jusqu'à la fin du mois de septembre et aucune demande d'autorisation n'a encore été soumise pour l'île-test.

En réaction, Philippe De Backer renvoie la balle au ministre. "L'AEM a été approuvé en première lecture au conseil des ministres. Les conditions, les critères et la nécessité d'une justification scientifique ont été clairement définis. La protection de la Côte est une compétence exclusive de la Flandre, et donc du ministre Weyts. C'est donc à notre collègue ministre d'indiquer quelle alternative représente la meilleure solution pour la protection de la Côte, et ce dans les conditions imposées par l'AEM. Nous devons, pour les générations futures, trouver la meilleure solution qui ne nuira pas aux habitants, aux entreprises et au tourisme. Nous devons trouver ces solutions via une consultation constructive et un suivi cohérent des procédures décrites", conclut M. De Backer.