Flandre

Le bourgmestre de Knokke, le comte Leopold Lippens, a mandaté un bureau d'avocats spécialisé pour utiliser tous les moyens juridiques possibles afin de s'opposer au projet de construction d'une île artificielle au large de cette station balnéaire, rapporte jeudi plusieurs journaux flamands.

Ce projet d'une "île d'essais" au large de Knokke-Heist est porté par le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (N-VA) et par le secrétaire d'Etat fédéral à la Mer du Nord, Philippe De Backer (Open Vld). Il vise à étudier si ce type d'ouvrage est en mesure de protéger la côte des tempêtes et de la montée des eaux. Située à 1,2 km de la plage, la zone artificielle aurait une superficie de 40 hectares, qu'on pourrait étendre par la suite. Elle pourrait aussi servir de refuge aux animaux.

Mais M. Lippens est convaincu qu'une telle île, si proche de la plage, dissuaderait les touristes de se rendre à Knokke, ferait baisser la valeur des appartements donnant sur la digue et rendrait les sports nautiques impossibles en réduisant la hauteur des vagues, écrivent 'Het Nieuwsblad', 'Gazet van Antwerpen', 'Het Belang van Limburg' et 'De Standaard'.

Toujours selon le bourgmestre, des péniches pourraient emprunter les eaux plus calmes situées entre l'île artificielle et la plage au risque d'en faire "un égout à ciel ouvert" pour les déchets et les dégazages des navires.

La N-VA accuse pour sa part M. Lippens de susciter les peurs "sur la base de fausses informations et de faits déformés".

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga