Flandre

A Waterloo, comme partout ailleurs en Belgique, le taux de fumeurs est relativement important, ce qui pose certains problèmes en matière d’environnement, notamment parce que de nombreux fumeurs se contentent d’écraser ce qu’il reste de leur cigarette à même le sol, sans la ramasser ensuite.

Or, il faut jusqu’à 12 ans pour qu’un mégot se désintègre complètement. À Waterloo, on tente donc de sensibiliser à la problématique. Surtout après les récents travaux de la chaussée de Bruxelles, destinés à rendre le centre-ville plus convivial, pratique et esthétique. Malheureusement, de l’aveu même de Serge Kubla (MR), la propreté des nouveaux trottoirs laisse parfois à désirer. "Ils sont déjà jonchés d’immondices en tous genres, ce qui rend l’aspect du Centre pas très net, déplore le bourgmestre. Chaque jour, y compris le week-end, un ouvrier communal est pourtant envoyé sur place pour y nettoyer les lieux."

Aussi, la commune a décidé de prendre le taureau par les cornes en commandant 3.000 cendriers portables - réalisés dans des matériaux recyclables - qui seront distribués gratuitement dans les rues waterlootoises. Une opération déjà menée auprès des commerçants de la chaussée de Bruxelles. Avec succès, semble-t-il.

Prochainement, de nouveaux cendriers sur pied seront installés dans le centre. Enfin, la commune veut rappeler que jeter un déchet, ne fût-ce qu’un mégot de cigarette - est passible d’une amende administrative de 50 €.