Flandre Aux quatre coins de l’Europe, les participants du "Big Jump" se sont jetés simultanément dans l’eau.

Pour la 14e année consécutive, le Royal Club Nautique Sambre et Meuse a convié les plus téméraires des Namurois à se jeter à l’eau dans le cadre du Big Jump. Cette initiative repose sur un concept simple : le même jour, à la même heure, des citoyens de toute l’Europe plongent pour montrer leur attachement à leurs rivières, pour qu’elles ne soient plus jamais considérées comme des égouts.

"Notre club d’aviron s’est inscrit dans cette démarche citoyenne pour sensibiliser tout le monde sur la qualité de nos eaux de baignade et dans le but de réclamer que les mesures nécessaires soient prises pour arriver à un bon résultat", explique Louis Lambert, responsable de l’organisation.

En tant que rameur, il est souvent confronté aux eaux de la Meuse et, pour lui, il reste encore du boulot. "Le dimanche matin l’eau ressemble parfois à de l’eau de vaisselle. Il y a ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas; même s’il y a une amélioration, il y a encore du travail. Une directive européenne de 2015 fixait des objectifs clairs pour avoir de nettes améliorations mais ils ont été reportés à 2020 car rien n’était tenu", poursuit-il.

Une opération qui a quand même eu son petit succès puisqu’ils étaient près de 60 à faire le grand saut. "C’est à nouveau un succès pour cette nouvelle édition, c’est une belle démarche citoyenne avec tant des personnes du club que des Namurois qui nous suivent déjà depuis plusieurs années", termine Louis.

Du coté des plongeurs, il y en avait de tous les âges. Pour la petite Elodie, 8 ans, présente avec son père, c’était une première. "J’avais un peu peur de me lancer à l’eau car elle était froide et en plus on ne voit pas le fond, mais finalement c’était assez drôle de nager avec tout le monde en même temps", conclut-elle.