Flandre Après "La Brute", François veut faire découvrir "La Pure" au grand public.

Il y a quelques années, François Couvreur, aujourd’hui âgé de 31 ans, lançait sa propre microbrasserie en lançant "La Brute", une base de bière spéciale dans laquelle le brasseur ajoute du pétillant de Champagne-Ardenne et du Bourgogne qu’il va chercher chez d’autres producteurs. Le brasseur d’Ollignies a désormais décidé d’étoffer sa gamme avec "La Pure", une bière brassée exclusivement dans une grange qu’il a aménagée en brasserie chez ses parents.

"C’est une bière blonde très légère, facile à boire et très digeste. Ensuite je propose aussi la Puregnac, qui est un élevage en barrique de cognac qui va donner des notes un peu caramélisées et un côté boisé. La bière est restée plus de cinq mois dans les barriques de cognac. Ces dernières avaient accueilli avant du cognac pendant plus de vingt ans. Le bois a donc été imprégné de cognac, ce qui fait qu’il y a eu un transfert du bois vers la bière", nous explique François Couvreur.

Lancer sa propre bière dans ses propres installations, c’est un gros pari financier auquel le brasseur a dû faire face. "Le matériel coûte très cher. Les cuves, les pompes, les vannes, c’est tout en inox. Du coup je garde tout de même mon boulot d’ingénieur en projets à côté de cela. Je ne sais pas encore vivre de ma microbrasserie. Ça me permet aussi de faire deux choses très différentes. Je dois avoir investi plus de 150 000 €. Et encore, je ne sais pas faire l’embouteillage chez moi. Si je veux un jour une brasserie complète, à moi tout seul, il faudra chiffrer ça à plus de 300 000 €."

Pour pouvoir sortir de nouvelles variétés de bières, François Couvreur doit à chaque fois faire preuve d’originalité dans sa conception. "Le marché belge de la bière est vraiment saturé. Il existe déjà énormément de très bonnes bières dans les brasseries aux alentours. L’idéal est donc de se différencier par de la créativité et d’apporter des produits innovants et si possible locaux. C’est ce que recherchent les consommateurs aussi. C’est vraiment cet aspect-là que je veux à chaque fois travailler."

En vente dans tous les drinks de la région, le brasseur espère désormais étendre son rayon de vente. Une grande surface tournaisienne commercialise déjà La Brute.