Flandre

Lors du dernier conseil communal, l’opposition écolo a soulevé une question à l’attention du collège : l’état désastreux du chemin des Fichaux, à Courcelles.

"Beaucoup de Pont-à-Cellois passent par cette route pour se rendre sur la E42, et l’état actuel est déplorable. Il finira par y avoir un frontal sur cette route, les automobilistes sont obligés d’éviter les nids de poule en se déportant vers le milieu de la route : pourrait-on envoyer une lettre à l’administration de Courcelles à ce sujet ?", ont-ils demandé.

Une lettre officielle avait déjà été envoyée il y a peu, suite aux récentes inondations, qui avaient rendu la voirie impraticable et dangereuse. "Nous le ferons à nouveau", a malgré tout précisé le bourgmestre Christian Dupont (PS), également convaincu que la route, continuant la rue Saint-Antoine, doit absolument être révisée par l’entité voisine.

Du côté courcellois, le discours est tout autre : "Je ne vois pas l’intérêt de refaire une lettre, nous faisons déjà preuve de bonne volonté", a expliqué Jean-Pierre Dehan (CDH), l’échevin des Travaux.

Impossible à court terme

Il explique vouloir rénover la voirie dès que possible, mais reconnaît que cela risque d’être impossible à court terme. "Avec le trou de 2,5 millions d’euros que nous avons récemment découvert, nos finances sont au plus bas. On ne peut pas refaire cette voirie pour l’instant."

Des panneaux ont été placés tout le long de la route, incitant les véhicules à ralentir et rester vigilant. "Comme toutes les routes de la région, le chemin de Fichaux est dangereux, car ancien. C’est à l’automobiliste d’être vigilant, comme l’indique le code de la route."

Concernant les inondations, il rappelle malgré tout qu’une action est menée au niveau des arbres le long de la rue : ils seront abattus et de nouveaux seront plantés. "Il y a donc du travail prévu sur cette route reliant Pont-à-Celles à Courcelles, mais nous travaillons dans la mesure de nos moyens. Nous sommes en froid depuis l’affaire des éoliennes, et je le répète, cette lettre ne change rien, nous faisons au mieux", a conclu l’élu.