Flandre

Une famille francophone originaire de la commune bruxelloise de Saint-Gilles affirme sur Facebook avoir été victime de racisme à la piscine de Hal. 

Plusieurs enfants de la famille auraient dû faire face à des comportements racistes et agressifs de la part d'un sauveteur et de membres de la police locale de Zennevallei (Hal, Beersel, Sint-Pieters-Leeuw). La police ne souhaite pas faire de commentaire, tandis que la direction de la piscine décrit des faits différents.

L'incident s'est déroulé lundi après-midi à la piscine du Sportoase Hallebad où ces enfants, âgés de 6 à 18 ans, effectuaient une sortie. Ils jouaient dans l'eau, mais auraient été maltraités par un maître-nageur, affirme la famille.

Selon le témoignage d'une adulte responsable des enfants, un sauveteur s'en serait violemment pris à ces derniers - le témoignage parle d'un coup de poing, d'une morsure et de réflexions à caractère raciste - après leur avoir interdit d'aller sur le toboggan.

D'après la famille, le groupe de cousins aurait été expulsé de la piscine, et deux d'entre eux, âgés de 14 et 18 ans, interpellés par la police et emmenés au poste, tandis que les autres étaient laissés à leur sort. Les zones de police, tant Zennevallei que Bruxelles-Midi, indiquent ne pas avoir reçu de plainte et ne souhaitent pas commenter l'incident. La famille dit de son côté que les deux commissariats ont refusé d'enregistrer leur plainte.

La famille affirme dans les médias avoir pris contact avec différentes organisations anti-racistes ainsi qu'avec un avocat. Elle prétend également avoir transmis une plainte auprès du Comité P, la police des polices. Le parquet de Hal-Vilvorde n'a pour l'instant pas connaissance de l'existence de cette plainte.

Le directeur opérationnel du centre sportif, Michael Schouwaerts, rejette lui toutes accusations de racisme. D'après lui, les jeunes se seraient mal comportés et auraient frappé le maître-nageur, qui souffre d'une incapacité de travail de trois jours.