Flandre Un hommage particulier a été rendu au château de Loppem où fut lancée la Belgique d’après-guerre.

En cette année de fin des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, la Fédération royale nationale des Volontaires de Guerre 14-18 & 40-45 se devait de placer sa Journée nationale sous ce thème. Cela s’est passé vendredi passé au château "historique" de Loppem.

Plus de 220 personnes venues des quatre coins de la Belgique et de Grande-Bretagne ont tenu à s’associer à l’événement coordonné par Anne Coppieters ‘t Wallant, la fille aînée du président national avec le soutien du Lieutenant-colonel Christophe Onraet, Commandant militaire de la Flandre-Occidentale et le capitaine de vaisseau e.r. Jan De Vos, président du Cercle royal Mars & Mercure pour Bruges et la Flandre-Occidentale.

Reconstitution réussie

Un cornemuse en grand uniforme de parade et deux pensionnaires du Royal Chelsea Hospital tous en grand uniforme de parade ont accueilli les invités dans un décor d’époque conçu par Nicolas de Séjournet de Rameignies, petit-fils du président. Pour compléter cet environnement, une dizaine de personnages en uniforme de 14-18 circulèrent parmi les invités.

Pour les volontaires de guerre, dont les plus jeunes ont dépassé le cap des 90 printemps, le devoir de mémoire est toujours une priorité. Thierry Coppieters ‘t Wallant, président national, a accueilli les invités de la journée qui débuta par une visite du château de Loppem où se tenait une exposition dédiée au roi Albert qui y séjourna pendant un mois en 1918. C’est aussi là que les principales lois de l’après-guerre furent mises en chantier.

Parmi les autorités présentes on citera entre autres le général Marc Compernol, chef d’état-major général ainsi que le général e.r. Jef Van den put qui servit nos trois derniers rois, devenu entre-temps chef de la Maison militaire. Du côté civil, il y avait le gouverneur de la Flandre-Occidentale Carl Decaluwé et le commissaire-général fédéral pour le Centenaire de la guerre 1914-1918, Paul Breyne, diverses autres personnalités militaires mais diplomatiques. Et évidemment les représentants des associations patriotiques belges…

La relève du devoir de mémoire

Temps forts émouvants : la minute de silence en mémoire de tous les militaires et civils morts pour la Patrie et les toast portés au roi Albert et à son arrière-petit-fils, le roi Philippe.

Le tout ponctué par l’arrivée d’une pièce montée géante décorée de poppies, les fameux coquelicots de la Grande Guerre. Particularité ici qui montre que la transmission de la mémoire est intergénérationnelle : elle fut portée par les quatre petits-fils du président national sous de vifs applaudissements.

Une Journée nationale qui restera gravée dans bien des esprits…