Hainaut

Sur les réseaux sociaux, au moins deux candidats socialistes (Philippe Tison/Franco Baccati), la tête de liste Gauche (Fabrice Dermine) et, peut-être plus embêtant, une employée de l'administration d'Anderlues ouvertement PS (Meyline Fumiere) ont répandu un message insidieux sur le meneur de l'opposition, Hadrien Polain, tête de liste Anderlues J'y Crois (CDH-MR-Ecolo-citoyens), annonce La DH.

"À ne pas oublier ! Le donneur de leçons... et ça s'estime "apte" à diriger notre Commune...", dit le commentaire, reprenant une image d'un article d'octobre 2014 sur la Villa Nananche, gérée par Hadrien Polain et sa famille. Article titré "Déploiement de force à la Villa Nananche" et relatant une descente des forces de l'ordre dans cette ASBL.

© PRINTSCREEN

L'objectif serait de discréditer Hadrien Polain publiquement, et faire courir le bruit qu'il gère une "fausse" ASBL où on "exploite" des personnes fragilisées. Sauf que ce que cet article ne dit pas, et c'est normal puisqu'il date de la descente et pas de ce qui a été rendu public par après, c'est que la justice n'a pas énormément de choses à reprocher à cette Villa Nananche.

La Villa Nananche, c'était une "maison pirate" ("classée à l’époque comme telle, elle peut à présent s’appuyer sur le décret wallon qui encadre l’activité sociale", nous dit Polain) qui accueille des personnes anciennement alcooliques ou fragilisées, pour un loyer plutôt élevé mais tout frais compris. En 2014, le 1e substitut du procureur, disait "on a trouvé quelques petites irrégularités, mais vous pensez bien que si la situation était alarmante, des scellés auraient été posés immédiatement". Depuis 4 ans, la justice épluche les comptes de l'ASBL, et à ce jour aucune infraction majeure n'a dû être trouvée, puisque la Villa Nananche est toujours ouverte et fonctionnelle. Même un peu mieux qu'en 2014, puisque certains aménagements ont été réclamés par les autorités suite à la descente, aménagements qui ont été réalisés.

D'après La DH, les socialistes ne semblent pas vouloir en entendre parler. Nos confrères rappellent que, déjà en 2014, le bourgmestre Philippe Tison condamnait son adversaire Hadrien Polain, le traitant de malfaiteur en faisant fi de la présomption d'innocence.

"Une campagne électorale ne justifie pas l’atteinte à l’honneur d’un homme : ce type de dérive électorale est un scandale dans la mesure où c’est une tentative évidente de manipuler l’esprit des électeurs. N’ont-ils donc que cela à mettre en avant contre moi ? Partager sur les réseaux sociaux depuis deux jours leurs propres inventions vieilles de plusieurs années pour susciter la méfiance et la haine à mon égard ?", réplique Hadrien Polain. "Ce n'est pas une première: les socialistes m’ont d’ailleurs attaqué en justice pour diffamation et réclamé 25.000€ à titre de réparation du dommage subi quand j’ai parlé d’un Publifin à l’anderlusienne et exposé ma pensée. Le parquet m’a donné raison de penser ce que je pense. J’ai été acquitté le 26 septembre 2018."