Hainaut La proposition va être soumise à enquête publique d’ici quelques jours.

Le tracé de la route d’accès au parc Pairi Daiza prévoit une prolongation de 1 260 m le long de la ligne TGV depuis la chaussée de Soignies, sur la RN57 et ce, vers la RN525. Une nouvelle voirie régionale verrait donc le jour. Un trajet qui sera plus long mais qui se situera entièrement sur la commune d’Ath et qui ne gênera dès lors aucunement Gibecq, Silly, etc.

Point fort de la nouvelle route

Par cette nouvelle route, Marc Duvivier (PS), le bourgmestre d’Ath, ne voit pas que des avantages pour le plus célèbre parc animalier de Belgique. Non, celui-ci y voit un bon nombre d’avantages pour tout le monde. "La route va être proposée par enquête publique d’ici quelques jours. Ce sera le résultat de l’initiative que d’autres et moi plus particulièrement sur le territoire de la ville d’Ath avons prise."

Marc Duvivier se veut toutefois rassurant envers les habitants domiciliés hors de la cité des Géants. "Je dois rassurer les citoyens de Ghislenghien et parallèlement ceux d’Hellebecq aussi. Il n’est nullement question d’aller plus loin que la Nationale 7. C’est une transversale qui sera réalisée et qui sera bénéficiaire pour les zones de secours, les zones de police, etc."

Le gros point fort d’une nouvelle route comme celle-ci est, selon le bourgmestre, une alternative en matière de mobilité. "Cette route pourra être un grand contournement de la ville d’Ath pour tous ceux qui viennent de Mons et de Lens par exemple et qui voudraient se diriger vers Enghien ou vers nos parcs économiques situés non loin de là. Toutes ces personnes ne devront plus emprunter le centre-ville d’Ath pour se rendre vers ces différents endroits."

En plus de tout cela, Marc Duvivier veut insister sur plusieurs choses. "Je suis assez fier de moi, du combat qui a été mené, du retour qui m’a été donné dans ce qui a été mon objectif premier. C’est-à-dire cette recherche de route qui vise à économiser au maximum la prise de terres agricoles, qui permet de conserver l’aspect rural des villages avoisinants et, finalement, qui ne répond pas seulement aux besoins de l’entreprise Pairi Daiza mais bien aussi aux différents besoins de nombreux citoyens."