Hainaut Le compte est en boni pour la première fois depuis 2012.

Michel Dupont (PS) n’est pas allé jusqu’à jeter sa casquette en l’air, mais le président du CPAS de Beloeil avait tout de même le sourire au moment de présenter le compte 2016.

"C’est la première fois depuis 2012 que le compte est en boni, a-t-il indiqué. En plus, nous avons fait des efforts concernant les dépenses de fonctionnement et diminué les dépenses de personnel de 5 %. C’est un bon résultat."

Balance positive

Au niveau des recettes, le président a mis en avant l’intervention communale, qui a augmenté de 190 000 euros. Du côté des dépenses, Michel Dupont constate une nouvelle augmentation des dépenses de transferts (+27 %), notamment celles liées au revenu d’intégration (+204 000) et aux articles 60 (+230 000).

Au final, la balance positive de ce compte 2016 se chiffre à près de 109 000 euros. Mais Alain Carion (MR) dresse un constat et se demande pourquoi le CPAS a eu besoin d’une aide supplémentaire de la commune alors qu’il n’y avait pas péril en la demeure. "Il y a un boni car la quote-part communale a été augmentée de 190 000 euros. Pourquoi avoir sollicité un tel montant ? Un besoin de trésorerie, tout simplement ? Ou alors, est-ce la preuve que vous n’avez pas la maîtrise de la gestion du CPAS et que vous ne savez pas vraiment où vous allez ?"

Michel Dupont a expliqué que le nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration (RIS), à savoir 169 fin 2016, avait demandé des efforts. "Nous avons aussi investi au niveau des familles de réfugiés. Nous pensions en recevoir huit alors que nous n’en avons finalement que trois", a précisé le président.

L’échevin des Finances, Michel Dubois (Ensemble 2012), a signalé qu’en octobre dernier, au vu de l’évolution des demandeurs du RIS et d’autres imprévus, le CPAS avait sollicité une bouffée d’oxygène. "Le CPAS a des problèmes depuis quatre ans. Nous le savons. Il doit travailler avec des avances à court terme. Cette somme de 190 000 euros demandée en octobre avait pour but de lui assurer des liquidités suffisantes."

Pas convaincu, le MR s’est abstenu sur ce compte 2016.