Hainaut

Plusieurs grosses opérations financières étaient à l'ordre du jour du conseil communal de lundi. Parmi celles-ci, la revitalisation de l'ancien hôpital militaire de Bongnies. C'est tout d'abord la convention entre la Région wallonne et la Ville qui a été examinée. Une subvention est notamment accordée pour l'aménagement de l'espace public. Si le détail des travaux n'est pas encore établi, cette subvention sera toutefois plafonnée à 1 250 000 €. Un plafond que craint le CDH. «Dans le projet présenté, il reste environ 10 000 m2 dont on ne connaît la destination. Je crains fort qu'ils nous tombent dessus dans quelques années avec l'obligation d'effectuer un aménagement supplémentaire qui pourrait être très coûteux», s'interroge Yves De Greef. Si Ecolo n'a pas remis en cause la convention avec la Région wallonne, les conseillers se sont toutefois abstenus sur la vente du site à Bouyghes pour un montant de 1 365 000 €. «Nous nous posons aussi des questions sur la réelle affectation des bureaux.» Le CDH s'est abstenu sur les deux points, dénonçant également un autre fait: dans le cas où Bouyghes ne parviendrait pas à louer ses bureaux, la Ville a l'obligation, au bout de deux ans, ou d'acheter les bâtiments ou de les louer et cela, pour un montant forfaitaire de 80 € le m2. «Le constructeur a plutôt intérêt à trouver un locataire car ce montant est assez bas par rapport au marché», explique Eddy Moulin, conseiller du bourgmestre.

Autre dossier à l'ordre du jour: la vente de l'ancien Casino (ex-Paradise) à la société Dherte pour un montant de 371 840 €. La Ville estime avoir fait une bonne affaire puisque ce prix est quatre fois supérieur à celui estimé par l'Enregistrement. Mais l'estimation de l'Enregistrement est de 3,72 €/m2 pour une parcelle située au bord de la ville. «C'est normal car il s'agit d'une zone verte et de parc où l'on ne peut bâtir. De plus, le sous-sol contient toutes les captations et stockage de la SWDE, il n'est donc pas aménageable. Des logements seront construits dans l'ancien bâtiment mais c'est l'unique endroit possible», précise le bourgmestre.

A l'unanimité, le conseil a adopté le projet définitif d'installation d'un ascenseur et la création d'un espace d'accueil à l'hôtel de ville dont le coût est estimé à 744 000 €.

© La Libre Belgique 2006