Hainaut

Les Verts ont dévoilé quelques thèmes importants de leur programme

Les Verts ont déposé leur liste à Braine. Elle compte 27 candidats dont près de la moitié vient du tissu associatif et de mouvements citoyens. Ensemble, ils entendent marquer la Cité de Baudouin IV des idées chères à Ecolo. Pour de vrai. "Quand on regarde le programme des autres partis, on voit que les idées défendues par Ecolo semblent tout à coup séduire", relève un brin sarcastique Nino Manzini, tête de liste. "Mais pourquoi ces bonnes idées n'ont-elles pas été appliquées au cours des 12 dernières années?"

Parmi les thèmes chers aux Verts, on retrouve le bien-être animal. "Le fameux projet d'usine à cochons a indigné beaucoup de monde", rappelle Marc Kievits. "Nous voulons aller plus loin lors de la prochaine mandature en interdisant sur la commune tout projet d'élevage industriel qui ne respecte pas le bien-être animal."

Mais Ecolo tient à le préciser, il ne veut pas se mettre les fermiers à dos. L'agriculture, oui. Mais durable et respectueuse de l'environnement. "L'environnement est pour nous une préoccupation majeure", souligne Méline Stens. "Nous voulons promouvoir une agriculture durable, avec le respect de zones tampons ainsi qu'une diminution de l'usage des pesticides. Par ailleurs, il n'est pas normal que tout le monde paie la même taxe pour les déchets alors que certains font des efforts pour réduire le volume des poubelles. Nous défendons une taxe proportionnelle aux quantités jetées."

Dans le programme des Verts, on retrouve aussi un thème sur lequel on n'attend pas forcément Ecolo. "Nous voulons mettre l'accent sur la sécurité", ajoute ainsi Anne-Françoise Petit Jean. "Quand mes filles reviennent de la gare à la maison et me disent qu'il y a des endroits où elles ne sont pas du tout à l'aise, ce n'est pas normal. C'est pourquoi nous voulons notamment mettre en place des éducateurs de rue dans des quartiers précis et à des heures précises."

Enfin, dressant l'état des lieux de la situation politique à Braine, les Verts dénoncent une rage taxatoire "que les Brainois n'avaient jamais connue auparavant". Reste que la prochaine majorité, quelle qu'elle soit, héritera des comptes et de la tutelle sous CRAC. Possible dès lors de contrer cette rage taxatoire tout en mettant en place des pistes cyclables, des poubelles au poids ou des éducateurs de rue? "L'IPP est un impôt plus juste, car il est progressif", répond Nino Manzini. "Mais la taxe sur les eaux usées par exemple est une aberration. Au lendemain des élections, nous sommes prêts à discuter avec tous les partis démocratiques. Il faut analyser les chiffres, voir là où on peut faire des économies et établir des priorités. Passer en intercommunale pour les déchets permettrait de réduire les coûts tout en améliorant la collecte par exemple."