Hainaut

En froid avec le parti humaniste local, l'intéressée siègera comme conseillère indépendante jusqu'à la fin de la législature.

A quelques mois du retour aux urnes, la conseillère Cécile Dascotte a décidé de prendre ses distances avec le CDH de l'arrondissement d'Ath dont elle était la chef de file sur les bancs de l'opposition. Dans un communiqué, l'ex-mandataire humaniste qui siègera comme indépendante jusqu'au terme de la législature, explique les raisons qui l'ont poussée à faire ce choix politique.

"Force m’est de constater que les tensions et rancoeurs nées au lendemain des dernières élections ne se sont jamais apaisées et sont renforcées par le climat préélectoral. Même les avancées obtenues par des arbitrages extérieurs ont été bafouées par un certain comité CDH local", déplore Cécile Dascotte.

"Au lendemain des dernières élections et au mépris du choix des électeurs, Laurent Postiau revendiquait un poste d’échevin suite à un accord secret. A l’époque, le comité FORUM s’y est opposé. S’en sont suivies de multiples représailles avec la dissolution de FORUM, des basses attaques envers certains membres du groupe, la constitution d’un comité composé d’amis et conjoints, des votes divergents lors de certains conseils", poursuit l'intéressée.

"A la veille des élections, avec d’autres conseillers, j’ai exprimé le désir que notre liste s’ouvre à des candidats indépendants et ne porte pas le nom CDH, soutenue en cela par les instances nationales du parti. J’ai reçu en réponse un mail du président de section, Samuel Pierquin, m’indiquant que certains membres du comité prenaient acte que je ne serais pas candidate sur la liste CDH d’Ath. Depuis, j’ai appris que Samuel Pierquin, Laurent Postiau et quelques autres négocient depuis plusieurs mois dans le plus grand secret des accords préélectoraux et tiennent des réunions de campagne tout aussi secrètes"

Avant d'ajouter: "Il est évident que cette absence totale d’éthique et de démocratie (pas d’assemblée générale, pas de réunions de comité, absence de concertation avec certains élus) et au-delà, l’absence de valeurs partagées telles la loyauté et l’honnêteté, ne me permettent plus d’envisager à ce stade un avenir commun"

Malgré cette rupture, Cécile Dascotte se dit déterminée à poursuivre le combat pour une gestion responsable et honnête de la cité des Géants. "Je continuerai à insister pour que le bon sens prime dans la recherche de solutions face à la situation financière plus que critique de notre ville et aux dangers qui guettent le personnel"