Hainaut

Améliorer les connaissances de notre système vasculaire et expérimenter du matériel et de nouveaux médicaments : c’est l’objectif du banc d’essai qu’a conçu le service Fluides-Machines de l’UMons (Pr Gregory Coussement) et le laboratoire de médecine expérimentale de l’ULB (unité 222, Pr Karim Zouaoui Boudjeltia et Dr Kamil Chodsynski) installé au CHU de Charleroi, sur le site de l’hôpital Vésale.

Après dix années de recherche, le prototype vient d’être breveté en Belgique, en Suisse, au Liechtenstein, en Allemagne au Royaume-Uni et en France.

Etudier le flux des anévrismes cérébraux

Alimenté par un système de pompes de haute précision qui agit comme un cœur, il reproduit les conditions dynamiques de la circulation sanguine dans des vaisseaux en silicone, la fréquence des pulsations et leur intensité sont réglables. Dans ce cadre, il va notamment permettre d’étudier les flux dans les anévrismes cérébraux. "En Belgique, de 2 à 5 % de la population adulte développe un anévrisme cérébral au cours de la vie", explique le Pr Zouaoui Boudjeltia. "Dans 5 % des cas, ces patients sont victimes d’une rupture pouvant conduire à la mort ou à une invalidité importante. De manière générale, l’appareil va contribuer à l’amélioration des connaissances des interactions sang-vaisseau-anévrisme, comme de certains mécanismes biologiques très fins. Il servira enfin à tester de nouveaux médicaments et prothèses en conditions réelles, en dehors du corps humain." Ce programme de recherche a bénéficié de financements provenant à la fois du mécénat et de la Région wallonne, dans le cadre du plan Marshall.

Missions de longue durée

Un autre de ses avantages est qu’il offre une alternative aux expérimentations animales. Plusieurs versions ont été développées : pour étudier le rôle de la force de gravité sur le comportement des cellules sanguines à la fois dans des anévrismes cérébraux et des artères normales, une version miniaturisée du banc d’essai embarquera pour un vol parabolique de l’agence spatiale européenne, en collaboration avec le Pr Frank Dubois du centre de recherche en microgravité de l’ULB.

Ce projet s’inscrit dans la préparation des missions de longue durée dans l’espace, notamment à destination de la planète Mars.