Hainaut Ces hommes politiques "interchangeables" au sein des intercommunales.


C’est la présentation de la liste électorale commune de Noël Van Kerckhoven (ex-PS) et Philippe Seghin (ex-MR) qui nous a mis la puce à l’oreille : tous les deux exclus de leurs partis après l’annonce de leur liste qui s’opposera au PS et au MR dans le grand combat des urnes à Fontaine-l’Évêque, ils risquaient dès lors de perdre certains de leurs mandats.

Noël Van Kerckhoven, lui, siège pour le PS en tant qu’administrateur au TEC (bus et métros), et en tant qu’administrateur et membre du bureau exécutif à Igretec (développement économique de la région). Philippe Seghin de son côté représente le MR à l’ISPPC (les hôpitaux de Charleroi).

Suite à l’exclusion , vont-ils être remplacés ? Et si oui, est-ce que ça veut dire qu’ils sont interchangeables ? Parce qu’après tout, leurs avis et compétences n’ont pas changé du jour au lendemain, la seule différence se trouve être la carte du parti.

"Interchangeables ? Oui", répond Laurent Pham à la Fédération PS de Charleroi. Ce seraient donc des "presse-bouton" à la botte d’un parti, rien de plus ? Des bons petits soldats qu’on récompense à coup de mandats ? "Non, bien sûr que non. On essaye toujours de mettre les bonnes personnes au bon endroit. Mais ce sont, en ce qui me concerne, des mandats socialistes : puisque Van Kerckhoven ne fait plus partie du PS, je ne vais pas le laisser siéger pour le PS. Quand il y a des points importants, il faut savoir appuyer ou aller contre des propositions."

Même principe à la Fédération MR : "Une fois qu’on sait le nombre de mandats qu’on a, au lendemain des élections, il faut désigner quelqu’un : on regarde en fonction des besoins de l’intercommunale, en essayant d’équilibrer entre élus de Charleroi et de la périphérie, entre homme et femme, aussi, mais également en fonction des disponibilités et de l’intérêt des gens." Quant au fait qu’il faut que ce soit un membre du parti : "Si l’élu n’est plus au MR, l’électeur n’aura plus un représentant MR, alors que c’est pour cela qu’il a voté. Il faut donc en remettre un, pour le contrôle démocratique."

À noter que Van Kerckhoven a déjà été exclu du bureau exécutif Igretec, mais reste administrateur jusqu’au prochain CA. "On ne fait pas non plus de motion de méfiance contre lui en tant que bourgmestre de Fontaine : il ne reste qu’un conseil et trois collèges", précise le PS. Quant à Seghin, le MR a pris la décision de ne pas lui retirer le mandat à l’ISPPC : "Ce sont bientôt les élections, il faudra de toute façon rebattre les cartes dans quelques semaines."


(En illustration: Noël Van Kerckhoven)