Hainaut La majorité carolo utilise l’Intranet de la ville pour diffuser un message politique.

C’est à tout le moins une maladresse politique : la majorité PS-MR-CDH de Charleroi a utilisé le canal officiel d’information de la ville pour appeler les agents à participer à son enquête citoyenne. "L’invitation n’émanait pas du conseil communal où l’ensemble des forces politiques sont représentées, mais des seuls partis au pouvoir", déplore le secrétaire régional de la CGSP Philippe Barbion. De fait : c’est "la majorité" qui les invite à faire connaître leurs désirs et aspirations.

Comme sa collègue de la CSC Services publics Mounia Benslama, le syndicaliste rappelle que la loi interdit la diffusion de messages politiques aux membres du personnel. "Il y a une neutralité à respecter. Pour que la démarche soit acceptable, il eut fallu modifier le texte repris au début de l’enquête sans faire mention de la majorité PS-MR-CDH. Un malencontreux copié-collé a donné au message une tout autre portée."

Jusqu’au 5 mars

L’enquête citoyenne de Charleroi vise à éclairer la future majorité de la ville sur les préoccupations des Carolos. Comme l’observe Philippe Barbion, "cette enquête n’intéresse que les citoyens. Pas les travailleurs domiciliés hors entité". l’initiative donne à penser que la majorité veut booster le taux de participation à l’enquête, pour aller au-delà des (timides) résultats de Liège et Mons qui ont précédé Charleroi. Les Carolos ont jusqu’au 5 mars pour répondre, entièrement ou partiellement. Ils peuvent le faire par Internet ou par écrit.