Hainaut

Didier, un commerçant carolo, a été braqué ce samedi. Et le scénario de cette journée est pour le moins incongru...

Montignies-sur-Sambre (Charleroi), le week-end dernier. Didier, tenancier d'un magasin de cigarettes électroniques, a vécu la délicate expérience d'être confronté à des braqueurs. Qui, heureusement pour le commerçant, étaient loin d'être des Arsène Lupin...

Didier a vu entrer dans son commerce six individus samedi, vers 15h, relatent nos confrères de Sudpresse et RTL. Leurs intentions ne faisaient aucun doute, dès lors que deux d'entre eux ont soulevé leurs tee-shirts, exhibant une arme, à la ceinture.

D'après les images des caméras de surveillance, on voit clairement les individus commencer leur larcin. C'est là que le gérant du vap'shop tente un coup de poker : "Je leur dis clairement que ce n'est pas à 15h qu'on braque un commerce, les caisses en sont pas très remplies. C'est comme s'ils allaient chez un livreur à 5h du matin pour lui braquer sa monnaie. Je leur dis que c'est à 18h30 qu'il faut me braquer: 'Tu vas me prendre 1.000 balles, si tu reviens le soir, tu vas peut-être me prendre plus'".

Didier prévient alors la police. Des agents en civil s'installent, notamment dans le bureau du commerçant. De son côté, la police était persuadée que les malfrats ne reviendraient pas. Didier, lui, était bien plus confiant : "je sentais bien que je n'étais pas tombé sur des lumières". Dont acte : les braqueurs sont carrément revenus... deux fois ! A 17h30, Didier leur a dit de revenir à 18h30...

Au final, la police a fini par intervenir, et cueillir les malotrus, qui avaient eu l'inconscience de revenir.

Ce mardi matin, Rachid H. l'un des auteurs des faits, était présenté à la chambre du conseil, relate encore Sudpresse. Son avocat n’aurait pas demandé sa libération, mais l'individu nie : il prétend s’être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, en tant que simple client. Ce que les images capturées par la caméra de surveillance semblent démentir...

Les autres individus interpellés accusent pour leur part Didier, le gérant, de leur faire subir une... concurrence déloyale.