Hainaut Comme en 2012, tous les partis démocratiques ont été invités.

À Charleroi et dans le Sud Hainaut, le Mouvement ouvrier chrétien (MOC) remet le couvert de ses débats préélectoraux, organisés avec l’aide de ses permanents et militants locaux, ainsi que ses partenaires.

Objectif : confronter l’ensemble des candidats au bilan de leurs actions et à leurs propositions. Histoire d’aider les électeurs à choisir. "Comme en 2012, nous ne mettrons pas seulement les listes de gauche et du centre en présence, mais tous les partis démocratiques et ce, le MR compris", indique la secrétaire fédérale Adeline Baudson.

Ces "face aux citoyens" se tiendront en septembre, huit rendez-vous sont pris, chaque fois à partir de 19h : à Fleurus le lundi 10 septembre (hôtel de ville), à Châtelet le mercredi 12 (École Pie X), à Courcelles le jeudi 13 (salle Spartacus), à Momignies le lundi 17 (salle des fêtes), à Charleroi le mardi 25 (Notre maison) avant le débat des têtes de liste du lendemain au centre culturel l’Eden, à Chimay le même jour (salle du Casino), à Fontaine l’Évêque le mercredi 26 (École Bienfait) et à Beaumont le jeudi 27 (centre culturel).

La secrétaire fédérale animera six débats, ceux de Beaumont et Chimay le seront par des militants. Une grande thématique traversera les échanges, celle de la pauvreté. "Parce qu’elle impacte des besoins quotidiens comme le logement, l’enseignement, la mobilité, l’énergie", poursuit la secrétaire fédérale. Une pauvreté qui monte partout. "Plus on avance dans le temps, plus l’écart se creuse entre les riches et les pauvres, la classe moyenne en fait les frais. Avec des impacts budgétaires locaux : le coût de l’exclusion des chômeurs pèse sur les finances des CPAS. Le logement pour tous reste un de nos enjeux majeurs, le prix de l’énergie aussi !"

Pour alimenter les débats, le MOC compte sur le travail de terrain de ses militants, qui prépareront des questions. "Dans chaque cas, nous partirons des réalités de la commune, des attentes de sa population. Nous avons voulu des rencontres ouvertes. Tous les candidats ont été informés des thèmes à l’ordre du jour pour leur permettre de les préparer."

Dans un souci d’équité, leur temps de parole a été fixé à l’avance et sera rigoureusement chronométré. Ouvert à tous les citoyens.