Hainaut Un chauffeur de la ligne Chimay-Charleroi a été pris sur le fait par une maman outrée.

Un chauffeur de bus des TEC a été pris en flagrant délit par une mère de famille : il était en train de fumer une cigarette, dans son bus, pendant que les enfants embarquaient.

"Je suis scandalisée", témoigne Valérie, la maman en question, qui nous a fait parvenir ces clichés. "Le chauffeur du bus 109, ligne Chimay-Charleroi, était en train de fumer dans un bus… avec des élèves ! Déjà les chauffeurs ne sont pas toujours agréables, mais là c’est un comble ! Cette attitude doit être montrée au public."

Rien de pire, pour un non-fumeur, que d’être agressé par l’odeur d’une cigarette allumée à proximité. Surtout dans un espace fermé, où l’air ne circule pas et l’atmosphère devient vite irrespirable.

Finies les années 70 où tout le monde se baladait, clope au bec, dans les restaurants et les cinémas. Depuis, l’interdiction de fumer est entrée en application à de nombreux endroits. Notamment les espaces publics. Et quoi de plus public qu’un transport public ?

Il est aussi interdit , ou en tout cas déconseillé, de fumer devant les écoles. Pour ne pas montrer le mauvais exemple aux enfants, maintenant qu’on se rend compte des ravages du tabac sur la santé. La faute est double.

Renseignements pris, il est bel et bien interdit de fumer dans un bus. "Il est formellement interdit de fumer dans un endroit public, et donc forcément dans un bus", acquiesce la porte-parole des TEC Charleroi, Véronique Benoît. "Que ça soit pour un client ou bien le conducteur, de nombreux avis sont rédigés dans ce sens."

Que risque ce chauffeur, exactement ? "En cas d’inspection, une amende, et également un sévère rappel à l’ordre !" Et les montants de l’amende peuvent très rapidement atteindre des sommets. "Si le conducteur est coincé en train de fumer par l’inspecteur du service fédéral de la santé publique, ça peut monter à 600 euros."

Qu’on se le dise. Si le chauffeur d’un bus a envie de sa cigarette, il doit la fumer avant de prendre son service, lors d’une pause, ou après être revenu au dépôt. Mais sûrement pas l’allumer devant les clients, et encore moins si ces clients sont des élèves qui se rendent à l’école.