Hainaut Le collectif demande la clarté sur les intentions de la Ville concernant la préservation du patrimoine industriel.

Le 12 juillet dernier, c’est sur proposition du ministre du Patrimoine René Collin (CDH) que le gouvernement wallon confirmait l’octroi d’un subside de 4 millions d’euros pour la préservation du haut-fourneau n° 4 (HF4) de Carsid à Charleroi.

Ce montant sera-t-il entièrement utilisé pour racheter l’outil au groupe Duferco qui en est propriétaire ? Quelles sont les intentions de la Ville pour valoriser ce patrimoine exceptionnel ? Pour le collectif citoyen de sauvegarde du HF4, ces questions n’ont pas de réponses claires. "Raison pour laquelle nous comptons interpeller le collège communal lors d’un prochain conseil, avant les élections", annoncent Gérard Lorge, ancien ingénieur en sidérurgie, Luigio Spagnuolo, ex-travailleur de l’entreprise, et Gilles Durvaux qui préside le collectif. "Nous voulons aussi être associés au projet de revalorisation. Depuis la désignation d’un expert extérieur dans ce dossier, nous avons le sentiment d’en être totalement exclus."

Pour eux, il faut renoncer à démolir certains équipements directement liés au processus de production de la fonte. Et cela ouvre des pistes de financement pour sécuriser le site et le rendre visitable.

Une alternative à l’utilisation des fonds

Par exemple, les cowpers ne figurent pas dans l’inventaire des éléments à préserver. "Au nombre de trois, ils font pourtant partie intégrante du fonctionnement du haut-fourneau et sont indispensables à la compréhension de l’ensemble. Comme ils présentent un coût élevé à la démolition en raison de concentrations d’amiante, leur maintien générera des économies pour le groupe Duferco. Nous les estimons à 3 millions d’euros. L’idée, c’est de les intégrer dans la valeur du rachat, et de dégager une marge budgétaire équivalente pour le réaménagement." Concrètement, ce sont donc trois millions disponibles pour soutenir un projet plus ambitieux que le seul éclairage des installations.

Même raisonnement pour l’ancien bâtiment des soufflantes, rénové voici 10 ans. Il renferme le poste de commande du HF4 ainsi que des machines indispensables au processus de production. "Nous devons prendre le temps d’y réfléchir. Dans ce cadre, nous avons réintroduit en mai une demande d’inscription sur la liste de sauvegarde du patrimoine wallon. Si elle est validée, les démolitions seront suspendues pendant un an !"