Hainaut

A Charleroi, la campagne "vitesse" se termine ce vendredi pour la section trafic/mobilité de la zone de police. Objectif : sanctionner les conducteurs qui dépassent les vitesses autorisées. "Depuis le début du mois, nos radars répressifs ont flashé plus de 5 000 véhicules en infraction", explique le commissaire Christian Marit, à la tête du département.

C’est plus d’une fois et demi le volume de P-V établis en moyenne tous les mois. Entre le 1er janvier et le 31 octobre, 545000 véhicules sont passés devant les radars mobiles et fixes de la zone. Parmi eux, 21538 dépassaient la vitesse autorisée, soit près de 4 %.

"Avec l’abus d’alcool et les comportements dangereux, la vitesse est l’un des trois principaux facteurs d’accidents sur la route", explique-t-il.

Accidents stables

Des accidents dont le nombre reste stable depuis trois ans, comme si on était arrivé au maximum de ce que l’on peut faire. Les statistiques de la police montrent que le nombre de sinistres avec tués ou blessés tourne entre 700 et 800 chaque année à Charleroi, une soixantaine par mois.

Pour ce qui est des accidents avec simples dégâts matériels, le nombre de constats est trois à quatre fois plus élevé : en 2010 et en 2011, il a atteint les 2700. "Pour prévenir les dépassements de vitesse, nous disposons de 23 radars préventifs mobiles que nous déplaçons dans une soixantaine de sites. Il nous arrive d’installer derrière des radars répressifs afin d’augmenter la pression."

La police dispose de quatre de ces radars, elle sera entièrement équipée en matériel numérique à la fin de l’année. Deux radars fixes sont en service sur le territoire carolo : sur la N5 à Gosselies et près de la place Albert Ier à Montignies-sur-Sambre.

Malgré les panneaux signalant leur présence, ils donnent lieu à une moyenne de deux coups de flash chaque jour. En 2011, 567 P-V ont été dressés pour vitesse excessive et 262 pour passage au feu rouge. À partir du 14 octobre, les contrôles d’alcool seront intensifiés à Charleroi, où la police démarre sa campagne Bob d’hiver.

En 2011, 9035 usagers s’étaient soumis aux tests. 134 contrôles positifs avaient donné lieu à des retraits de permis, et 87 autres ayant dépassé le taux de 0,22 (ancien 0,5) s’étaient vu infliger une perception immédiate de 150 €.

À Charleroi, il faut savoir que les membres de la police opèrent également des contrôles des documents de bord. L’an dernier, 6 % d’usagers roulaient sans permis de conduire et plus de 15 % étaient en défaut d’assurance.