Hainaut

Les débats ont une nouvelle fois été agités au sein du conseil de police de la zone boraine la semaine passée. Comme cela avait déjà été le cas lors de précédentes séances, l’opposition a reproché au collège sa gestion financière et administrative. Une fois n’est pas coutume, c’est la construction de l’hôtel de police qui était au centre des discussions.

Pour Ghislain Stiévenart (CDH), des manquements sont à signaler. "En septembre 2010, les cinq communes associées ont marqué leur accord pour confier la réalisation des travaux à la zone de police et à l’Idea", rappelle-t-il. "Un acte notarié avait été demandé par le ministre des pouvoirs locaux et les communes s’étaient engagées en ce sens." Oui mais voilà, le temps est passé et les procédures semblent avoir été oubliées. "En préparant le conseil de ce mercredi, nous nous sommes aperçus que l’acte notarié datait du 25 novembre 2015. Cela signifie qu’IDEA a travaillé sans avoir en sa possession la convention, un document juridique de première importance qui lui donnait un droit de superficie."

Une situation problématique

Ghislain Stiévenart , particulièrement attaché au respect des procédures, juge la situation problématique. "Il est impensable de faire signer une convention après la fin des travaux, intervenus en mai 2014. Idea a construit sans en avoir l’autorisation, c’est comme si je construisais une maison sans avoir le permis de bâtir."

Aujourd’hui, le conseiller tient le collège de police pour responsable. "Il n’a pas exécuté la décision prise par les communes et n’a pas respecté les injonctions du ministre. Rien n’a été présenté au conseil de police, le collège a tenté de manœuvrer en stoemeling. Il a bien tenté de mentionner un effet rétroactif mais cela ne fonctionne pas. Je me bats toujours pour l’intérêt financier de la zone et des communes mais le collège nous rend la tâche impossible."

Deux recours toujours d’actualité

Pour l’heure, deux recours concernant la construction de l’hôtel de police sont toujours pendants au conseil d’Etat. "C’est une nouvelle pièce qui s’ajoute au dossier. De nouveau, nous reprochons à Idea sa façon de travailler et au collège sa gestion du dossier. Je pense que c’est une pièce maîtresse. Le collège ne peut se justifier, tout a été fait en dépit du bon sens."

Le président de la zone de police, Jean-Pierre Lépine (PS), a quant à lui refusé de s’exprimer sur le sujet. Mais nul doute que le conseiller de l’opposition suivra de très près ce nouveau dossier et ne manquera pas de revenir sur le sujet lors d’un prochain conseil.