Hainaut  Le SPW envisage de remplacer les parterres de la chaussée par un talus en pavés.

Située sur l’axe Soignies-Renaix (RN44), la chaussée Victor Lampe relie l’A8 à la cité de Magritte sur plusieurs kilomètres. D’où l’afflux très important de voitures et de camions qui l’empruntent quotidiennement. Voici une dizaine d’années, des bermes centrales ont été aménagées sur cette voirie régionale dans le cadre de travaux de sécurisation visant à dissuader les conducteurs d’appuyer sur le champignon.

Aujourd’hui, celles-ci suscitent la polémique en raison de leur dangerosité mais également pour des motifs d’ordre esthétique. Il faut dire que ces affreux parterres, du moins le sont-ils devenus, n’ont jamais été très visibles, comme vient de le rappeler Philippe Hocepied (Ecolo) à l’occasion du conseil communal.

"Tous les Lessinois se souviennent des arbres morts dès le lendemain de leur plantation. Ces arbres qui n’ont été retirés que fort récemment avaient au moins le mérite de rendre les bernes plus visibles en cas de brouillard ou par temps de pluie. Il suffit de voir l’état de ces petites structures en béton dépourvues de signalisation, de catadioptres, de peinture réfléchissante ou encore de verdure pour se rendre compte qu’elles sont souvent accrochées par des véhicules", déplore le représentant des verts.

Ce dernier a interpellé le bourgmestre qui est bien conscient du problème : "Même si d’un point de vue accidentogène, les statistiques policières n’ont rien d’affolant, ces bermes désagrégées sont effectivement très moches !", reconnaît Pascal De Handschutter qui eu l’occasion d’en faire part récemment devant la commission provinciale de sécurité.

"Le gestionnaire de cette route envisage de les supprimer et de les remplacer par une sorte de talus composé de petits pavés qui, à mon sens, permettrait de maintenir une bonne délimitation des bandes de circulation de part et d’autre de la chaussée tout en empêchant des manœuvres de demi-tour extrêmement scabreuses."

Si le maïeur se montre plutôt favorable à la solution préconisée, il est incapable de dire quand ce nouveau dispositif sera opérationnel. "Avec le SPW, il faut bien constater, hélas, que les dossiers prennent toujours une éternité avant de se concrétiser !"