Hainaut

Les enfants porteurs d’un handicap ne sont pas scolarisés comme les autres jeunes de leur âge : ils sont dans des établissements spécialisés, avec les avantages que cela procure, notamment pouvoir être suivi de près par des professionnels, mais aussi tous les inconvénients, comme le fait d’être trop souvent "en vase clos", sans pouvoir jouer avec d’autres enfants de leur âge.

"A la Province de Hainaut, ça fait déjà une dizaine d’années que des journées sont organisées avec dix enfants des écoles primaires, et dix enfants d’écoles spécialisées : ils jouent ensemble, et peuvent apprendre à se respecter les uns les autres, malgré leurs différences", note le député provincial Yves Lardinois (PS), que l’on sait très attaché aux questions de handicap et d’intégration.

La nouveauté cette année, c’est que les PEPS (les plaines de jeux de la Ville de Charleroi) vont accueillir un projet pilote d’intégration d’enfants "extraordinaires" : c’est la plaine de Marcinelle, avec ses 90 places pour les jeunes de 2,5 à 12 ans, qui aura le privilège de lancer une nouvelle mode en accueillant des jeunes porteurs de handicap, du 23 au 27 juillet.

"Il y a déjà de l’inclusion dans les plaines, mais ici on ouvre encore davantage grâce à une aide et un encadrement de la Province, détaille Julie Patte (PS), échevine à Charleroi. L’inclusion, c’est une grande richesse pour les enfants avec un handicap, et même ceux sans. On voit qu’il y a beaucoup de soutien entre eux, ils se tirent les uns les autres vers le haut. Et beaucoup de parents sont très demandeurs de ce genre d’initiatives, ça évite les plaines pour enfants handicapés uniquement. Les coordinateurs des plaines ont voulu lancer ce projet, justement parce qu’il y a des parents intéressés."

La difficulté, quand on accueille des enfants extraordinaires, c’est de pouvoir les encadrer : il faut des éducateurs spécialisés. Cette fois-ci, ils seront mis à disposition par la Province. Mais si la sauce prend, "il faudra probablement que la Ville en recrute pour la suite", constate Yves Lardinois.JVK