Hainaut

Cette fois, ça y est, le Doudou est dans tous les esprits, du moins montois, car comme le disait Elio Di Rupo, hier, en introduction de la conférence de presse présentant l'édition 2006, «il y a encore du chemin à parcourir, ne fût-ce que pour traverser la frontière linguistique.»

En effet, un groupe de Flamands, en visite hier matin à Mons, ne semblait pas très au fait de la tradition et le bourgmestre en titre, himself, s'est chargé de leur donner quelques explications.

C'est après seulement qu'il a présenté les dernières nouveautés, relativement minimes, pour le prochain week-end de la Trinité.

«Le samedi, il y aura, pour la première fois, la remise solennelle d'une couronne de roses au doyen et lorsque la châsse de sainte Waudru quittera l'église Sainte-Elisabeth, les cloches se mettront à sonner...»

Cette année, les acteurs du combat seront plus à l'aise dans l'arène étant donné que les piquets ont été reculés de deux mètres.

Plus de place à la corde, plus d'espace dans l'arène pour le jeu et sans doute un peu moins sur la place: ce n'est qu'après le combat du 11 juin qu'on saura si l'idée d'agrandir le rond était la bonne. «Et l'hiver prochain, le cercle sera imprimé en pierre bleue sur la Grand-Place,» ajoute Elio Di Rupo.

Deux nouvelles têtes feront leur apparition parmi les acteurs: Julien Moucheron en tant qu'homme blanc et Vincent Thoelen comme diable.

Une attention toute particulière sera portée au Petit Lumeçon, joué par des enfants le mercredi suivant le week-end de la Trinité. Une nouvelle arène, deux fois plus grande qu'avant, est en train d'être installée sur le site du Waux-hall.

Concert de Patrick Fiori

«Le Petit Lumeçon représente l'avenir du Lumeçon, on se doit donc de le réussir,» précise Joëlle Wattier, réalisatrice du combat auquel assistera en juin prochain le couple royal.

Quant au concert du vendredi, organisé par Sud Radio, il verra le retour de Patrick Fiori, cinq ans après sa première participation qui l'avait apparemment marqué.

«Depuis, il nous demandait sans cesse de revenir, souligne Natacha Delvallée, directrice de la radio montoise. En dix ans, il est le seul à nous avoir rappelés après pour nous dire qu'il avait adoré le public montois...»

© La Libre Belgique 2006