Hainaut

La nouvelle formation des ex-mandataires libéraux prône d'autres modes de gouvernance et espère venir bousculer l'échiquier des partis traditionnels.

En juin 2017, dans la foulée de la victoire présidentielle française d’Emmanuel Macron (En Marche), l’échevin Jean-Yves Sturbois et deux autres conseillers enghiennois élus en 2012 sur la liste LB -MR créaient la surprise en officialisant la naissance d’un mouvement citoyen pluraliste désireux de réinventer la politique et surtout la manière de l’exercer.

Contraints de démissionner du MR, les initiateurs de la liste “Enghien en mouvement” auront mis une petite année pour la finaliser. Mardi soir, ils ont dévoilé leurs candidat(e)s dont beaucoup entament leur première campagne électorale.

“Le fait de ne plus être inféodé à un parti permet d’avoir une plus grande marge de manœuvre. Nous en sommes convaincus et c’est la raison pour laquelle nous avons fait le choix de sortir des carcans et des clivages partisans”, confie Jean-Yves Sturbois.

Avec son équipe, notre interlocuteur entend développer pour Enghien et ses villages un projet porteur de sens (re)mettant à l’honneur la participation citoyenne, la défense de l’autonomie communale, la transparence des décisions, l’éthique, la bonne gouvernance, les défis de la transition ou encore l’intelligence collective.

“D’un point de vue purement électoral, notre ambition est de faire le meilleur résultat possible afin de pouvoir rentrer dans une majorité et influer sur la gestion future de la Ville. Nous ne partons pas favoris mais, un peu à l’image des Diables Rouges, comme des outsiders en se disant que tous les espoirs sont permis”

Voici la liste des candidats dans l’ordre de répartition : Jean-Yves Sturbois, Anne-Marie Deroux, Francis De Hertog, Julie Hanssens, Fabrice Letenre, Fabienne Tenvooren, Davy Jurca, Amandine Cuvelier, Hervé Langhendries, Véronique Cattelain, Cédric Mertens, Murielle Leclercq, Luc Decamps, Vinciane Vanlathem, Gilles Monnier, Jean-Claude Remacle, Karina Ganeeva, Sébastien Meuwissen, Carine Lelateur, Yves Crohain, Laure Schyns et Yves Vande Gucht (transfuge du CDH).