Hainaut

Voilà trois ans que la commune a inscrit le jeu d’échecs dans le programme des écoles de l’entité. Une première dans la Fédération Wallonie-Bruxelles qui commence à donner des idées au-delà des frontières de la commune aux éoliennes.

Un premier appel à projets

Le cabinet de Joëlle Milquet s’est ainsi montré intéressé par l’idée avec un premier appel à projets lancé aux écoles de la Fédération. "En avril déjà, la ministre avait envoyé une circulaire à toutes les écoles pour inciter à la pratique du jeu d’échecs", relève Frédéric Bielik, l’agent communal qui a porté le projet à Estinnes.

Mais la ministre n’en est pas restée là. "En octobre, une nouvelle circulaire a été envoyée pour proposer aux écoles qui le souhaitent des kits de jeu d’échecs", poursuit Frédérik Bielik. "La Fédération Wallonie-Bruxelles a ainsi débloqué un budget de 3 000 euros pour soutenir le projet. Et l’entreprise Wanty, avec qui je suis en contact, a également débloqué 1 000 euros."

25 kits vont ainsi pouvoir être offerts aux écoles qui le souhaitent. Ce qui ne permettra pas de satisfaire les quelque 150 établissements qui ont répondu à l’offre. "On a eu des réponses de partout", indique Frédérik Bielik. "On ne pourra pas répondre à toutes les demandes dans un premier temps. Un comité va se réunir fin novembre pour désigner les écoles qui recevront leur kit. Je pense que la ministre a débloqué cette première somme pour voir s’il y avait une demande. Etant donné que beaucoup d’écoles ont répondu, on peut espérer que d’autres kits seront fournis par la suite."

Frédéric Bielik l’a démontré, le jeu d’échecs développe des aptitudes appréciables auprès des jeunes enfants qui le pratiquent. Mais voilà que cette discipline ouvre également de nouvelles portes pour les Estinnois. "Nous avons prévu un échange scolaire avec une école de Bruges en avril", se réjouit l’animateur. "A travers des concours intrascolaires, nous avons pu rencontrer une enseignante de Bruges qui avait également inscrit le jeu d’échecs à son programme. Elle trouvait très intéressant ce que nous avons mis en place à Estinnes."

Ce n’est que le début

Cet échange avec la Venise du Nord est une première. Et à Estienne, on espère que d’autres suivront. "Des Estinnois vont passer trois jours à Bruges durant le mois d’avril. Et ce n’est que le début d’une coopération. Nous accueillerons nous aussi par la suite des élèves de Bruges. Et on espère que d’autres échanges suivront."