Hainaut

La commune a validé un plan d'action pour réduire les émissions de 40 % d'ici 2030

En partenariat avec la province du Hainaut, Estinnes rejoint le rang des communes décidées à réduire leurs émissions de CO2 d'ici 2030. "Notre démarche a débuté en décembre 2016, lorsque nous avons porté notre candidature pour le projet POLLEC 3 en partenariat avec la Province", indique la bourgmestre Aurore Tourneur. "Dans la foulée, nous avions signé la Convention des Maires. C'est un grand projet européen qui mobilise les pouvoirs locaux pour réduire les émissions de CO2 de 40 % d'ici 2030. Nous sommes loin d'être la seule commune impliquée. Aujourd'hui, ce projet concerne 50 % de la population européenne.Pour une commune verte comme Estinnes, il était logique de s'engager dans ce projet."

Dans notre région, des communes comme La Louvière ou Écaussinnes sont impliquées dans ce vaste chantier. Un chantier qui se déroule en trois étapes. "La première consiste à analyser la situation sur notre commune", poursuit Aurore Tourneur. "Ensuite vient l'élaboration du plan. Enfin, sa mise en pratique avec une évaluation tous les deux ans."

L'analyse des impacts du changement climatique pointe à Estinnes de sérieuses difficultés pour le secteur agricole si rien n'est entrepris pour diminuer les émissions de CO2. Les simulations démontrent par ailleurs que ne rien faire coûtera beaucoup d'argent, alors qu'investir dans des projets durables et respectueux de l'environnement dégagera des retombées économiques.

Alors, que faire concrètement ? "Tout ne repose pas sur la commune" précise la bourgmestre. "Nous avons plutôt un rôle de chef d'orchestre destiné à coordonner les actions des différents acteurs concernés, des particuliers aux entreprises en passant par l'administration."

Parmi les leviers sur lesquels il est possible d'agir à Estinnes, l'analyse pointe l'isolation des toitures pour laquelle la commune octroie déjà une prime, la mise en place d'une eco-team pour sensibiliser au réchauffement climatique ou encore la rénovation énergétique des bâtiments publics. Le potentiel des énergies renouvelables est également souligné. Avec ses mâts actuels et leurs 150 gigawatts, Estinnes utilise trois quarts de son potentiel éolien. Une extension du parc est-elle prévue ? "Rien de prévu pour le moment, mais c'est une possibilité", indique Aurore Tourneur. "Il y a aussi le photovoltaïque que nous pouvons développer."