Hainaut

C’est la fin d’une sage mesure dans l’entité d’Estaimpuis, celle de l’installation d’une salle de jeux à Evregnies. Elle a été refusée à deux reprises, en 2016 et en 2017, par le conseil communal estaimpuisien qui a finalement dû l’approuver.

Refus du conseil communal

Le vote a été divisé lors de la dernière assemblée des élus. Du côté de l’opposition, le groupe IC-CDH, composé de trois élus, a voté pour et les deux élus Ecolo ont voté contre. Quant à la majorité socialiste, elle s’est également divisée. La majorité des élus PS ont toutefois voté pour. Ce qui n’a pas été le cas du bourgmestre Daniel Senesael. Quant à l’échevin Jean-Michel Nottebaert (PS), il a refusé de participer au vote.

Suite au refus du conseil communal, le demandeur avait introduit un recours auprès du Conseil d’Etat et il l’avait gagné. La commune a également été rappelée à l’ordre par la ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR).

Le conseiller communal Bernard Wattez (IC-CDH) s’est fait un plaisir de relayer le courrier de la ministre au collège communal. Elle indique que les communes n’ont pas compétence "pour juger de la moralité et de l’éthique de l’implantation d’un établissement de jeux de hasard".

Elle glisse aussi qu’"une commune ne peut se substituer au législateur fédéral et refuser qu’un établissement de jeux de hasard s’installe sur son territoire au motif qu’il existe déjà un nombre important de salle de jeux sur le territoire d’une commune voisine".

Bernard Wattez s’est par ailleurs étonné de l’attitude de certains élus socialistes. "Que penser de l’attitude de quatre échevins qui ont goûté aux plaisirs d’un restaurant offert par ladite société après une visite d’un de leurs établissements ?"

Le conseiller communal de la minorité n’a pas obtenu de réponse à son interrogation. Une question qui clôture la saga de la salle de jeux de hasard d’Evregnies.